Adour

fleuve né dans les Pyrénées françaises sous le pic du Midi de Bigorre. Il passe à Bagnères-de-Bigorre et à Tarbes, puis à Aire-sur-l'Adour où il entre en Aquitaine, ensuite à Grenade, à Dax où il conflue avec la Midouze. Puis il reçoit en aval les Gaves réunis et passe à Bayonne, où le rejoint la Nive, avant d'aboutir à l'océan entre Tartas et Anglet. Son cours est de 335 km, son bassin a 17 020 km2 ; son débit, en moyenne de 150 m3/s, est en fait très variable, fortement soutenu par les fontes des neiges. Son embouchure a beaucoup évolué dans l'histoire: il en reste des traces jusqu'au Vieux-Boucau. La plaine de l'Adour est connue pour ses cultures de maïs et ses élevages de volailles, et pour ses prairies humides, les barthes, souvent plantées de bois de chênes.

Curieusement, le nom de l'Adour n'a pas été utilisé par les nouvelles communautés de communes, sauf dans les Hautes-Pyrénées; mais deux pays officiels du département des Landes l'ont fait concurremment. Un pays Adour-Landes océanes rassemble 6 communautés de communes du département des Landes (75 communes, 150 000 hab.); incluant Dax, il siège à Saint-Geours-de-Maremne. Le pays Adour-Chalosse-Tursan réunit 8 communautés de communes et un sivom, soit 141 communes et 79 700 hab., et siège à Hagetmau. En outre, un pays interrégional du Val d'Adour (200 communes, 52 200 hab.), siégeant à Maubourguet (Hautes-Pyrénées), associe des communautés de communes du Gers et des Pyrénées-Atlantiques (Montaner, Lembeye et Garlin). L'adjectif qui s'applique à l'Adour est aturien.