Aignay-le-Duc

360 hab. (Aignacois), 2 486 ha dont 775 de bois, chef-lieu de canton de la Côte-d'Or dans l'arrondissement de Montbard, 37 km au SE de Châtillon-sur-Seine (60 km NO de Dijon). Ce vieux village dans la petite vallée de la Coquille, affluent de la Seine, fut une ancienne châtellenie avec forteresse, et a gardé des maisons anciennes, des lavoirs et une église du 12e s.; petit lac de barrage à l'extrémité nord du finage communal. Aignay avait 1 000 hab. au milieu du 19e s., quand on y trouvait tissages, forges et scieries, et sa population n'a cessé de diminuer. Il n'est à présent qu'un très petit centre de services: le collège est à Recey-sur-Ource, à 27 km au NE.

Le canton a 1 600 hab., 16 communes, 26 616 ha dont 9 419 de bois; un peu moins boisé que ses voisins, il élève des charolais pour la viande et des brunes des alpes pour le lait; le plateau, dont la Seine traverse la partie occidentale dans le Duesmois, présente d'assez nombreuses manifestations karstiques mais qui se visitent fort peu. Les ruines de l'ancien château médiéval de Duesme (70 hab., 1 333 ha) bordent la Seine, 6 km au SO du chef-lieu. Mauvilly (80 hab., 1 531 ha dont 610 de bois), 7 km au NNO d'Aignay, a conservé un château médiéval très remanié aux 16e, 18e et 19e s. Étalante (140 hab., 3 915 ha dont 1 047 de bois) est au sud-est d'Aignay, à la tête de la vallée de la Coquille, marquée par de profonds vallons encaissés; maçonnerie Girardet (25 sal.).