Aillevillers-et-Lyaumont

1 740 hab. (Aillevillerois) dont 80 à part, 3 630 ha dont 2 431 de bois, commune du département de la Haute-Saône dans le canton de Saint-Loup-sur-Semouse, 6 km au NE du chef-lieu sur l’Augronne. C’est une ancienne cité d’industrie du métal et du bois; elle conserve quelques entreprises, dont les scieries Deschaseaux (60 sal.) et Placages du Centre (45 sal.), la visserie Beck (60 sal.), de petits ateliers de mécanique et plastiques. Elle a une gare, et abrite une maison familiale rurale; quelques blocs erratiques, dont la Pierre de la Caraude, source d'eau chaude à la Chaudeau. La commune est issue d’une fusion très ancienne (1808); elle avait 1 700 hab. en 1820, 2 900 en 1900 (sdc) et n’a cessé de perdre des habitants depuis, encore 280 entre 1999 et 2008.