Ajoupa-Bouillon (L')

1 750 hab. (Bouillonnais), 1 230 ha dont 390 cultivés, commune et canton de la Martinique dans l'arrondissement de La Trinité, 30 km ONO de celle-ci, 8 km au SO de Basse-Pointe. Sans accès direct à la mer, cette petite commune s'étire d'ouest en est sur les pentes orientales de la Montagne Pelée. Elle est limitée au nord par les gorges de la Falaise, très visitées pour leurs sites taillés dans les andésites, et pour leurs cascades; au sud et à l'est, la limite suit le cours de la rivière Capot, où l'on va voir le saut Babin. La commune a été créée en 1889 à partir du finage de Basse-Pointe et le bourg se tient vers 260 m sur la route de Fort-de-France au Lorrain (N 3).

Le nom évoque une cabane (ajoupa) et un ancien colon (Bouillon), d'origine languedocienne. Sentier botanique et floral des Ombrages, église du 19e siècle, jardins de l'Ajoupa (entreprise agricole avec serres et horticulture, notamment de nombreux hibiscus), plantation Proban (20 sal.) et Eden (20 sal.); la commune est connue pour son abondance d'écrevisses (z'habitants), base de la spécialité gastronomique locale, et pour ses cultures d'ananas; mais les bananiers occupent presque la moitié de la surface cultivée. La population est à peu près stable depuis 1982, après avoir décliné; mais la commune aurait encore perdu quelques dizaines d'habitants de 1999 à 2009. Ajoupa-Bouillon est le siège du Pays d'accueil touristique du Plein Nord.