Albères (les)

massif montagneux correspondant à un long bloc soulevé de la zone axiale des Pyrénées. Il s'allonge sur 40 km selon un axe OSO-ENE et fixe la frontière entre France et Espagne de Cerbère à Saint-Laurent-de-Cerdans. Il atteint 1 256 m au pic Neulos, qui domine les finages de Sorède et de Laroque-des-Albères, qui est la seule commune à en porter le nom, et sa crête, suivie par une variante du GR 10, porte des restes de fortins et tours de garde. Sa principale originalité biogéographique est d'être couvert de chênes-lièges, dont l'exploitation fut à l'origine de l'industrie du bouchon dans le pays de Céret. Mais la subéraie locale n'est plus exploitée que marginalement.

Une série de villages se tient au pied du versant du massif, le plus abrupt, allant du Vallespir à Argelès-sur-Mer par Céret et Le Boulou. Le passage du Perthus, point fort du couloir de circulation entre Perpignan et Barcelone et des relations franco-espagnoles, correspond à un secteur de faiblesse et de cassure du massif, exploitée par le Llobregat vers le sud et par le Rome, affluent du Tech, vers le nord; l'altitude s'y abaisse à 271 m et le TGV Espagne-France doit cependant y passer en tunnel, sur 8 300 m. Une réserve naturelle a été délimitée dans les hauteurs de Massane à l'est, sous le pic des Quatre Termes; elle est surtout en forêt de hêtres et pelouse et relève du territoire de la commune d'Argelès-sur-Mer. La communauté de communes des Albères et de la Côte Vermeille groupe 12 communes (39 100 hab.) et siège à Argelès-sur-Mer.