Albert

10 100 hab. (Albertins) dont 320 à part, chef-lieu de canton de la Somme dans l’arrondissement de Péronne, 28 km ENE d’Amiens sur la route de Cambrai. La ville campe dans la vallée de l’Acre; elle a été détruite à 80% pendant la Première guerre mondiale; sa basilique à pèlerinages, qui datait de 1890, a été refaite en 1929; musée des abris et de la bataille de Somme (1916). Albert a un centre hospitalier (20 lits) et une clinique (25 sal., 37 lits), deux collèges et deux lycées publics dont un professionnel, un collège privé; institut médico-éducatif, maison d’accueil spécialisée; festival international du film animalier. Le domaine ou ferme du Vivier, à la limite sud de la commune, est l'ancienne propriété de l'avionneur Henri Potez, créée en 1927-1931 et protégée.

La ville est un centre industriel, avec une spécialité de mécanique, plus particulièrement d’engins de levage, qui a justifié la création d’un Pôle hydraulique et mécanique d’Albert (PHMA), inscrit dans la liste des «systèmes productifs locaux»: vérins hydrauliques Douce Hydro (190 sal., plus de la moitié du chiffre d’affaires à l’exportation), ascenseurs et monte-charge GMH Hydro Nord (30 sal.), vérins ACHP (Atelier de construction hydraulique de Picardie, 50 sal.), machines-outils à métaux Forest Line (100 sal., trois quarts d’exportations), mécanique Bétrancourt (45 sal.) et Suma (35 sal.), réservoirs et conteneurs STIM (20 sal.); construction aéronautique Segula (240 sal., cellules d’avions), cartonnages IDD (25 sal.), aliments du bétail Novial (55 sal.) et un atelier protégé (Le Progrès, 25 sal.); couverture Couvrir en Picardie (20 sal.), travaux publics Ramery (20 sal.); magasins Intermarché (50 sal.), Super-U (50 sal.) et Simply (25 sal.); comptabilité Faille (Secra, 20 sal.); nettoyage Deca (20 sal.).

La population communale a crû de 4 500 à 7 300 hab. entre 1875 et 1911, puis 9 300 en 1936. Elle est montée jusqu’à 11 800 (sdc) en 1975, puis a baissé jusqu’en 1990 et a encore perdu près de 300 hab. entre 1999 et 2008. Le maire est Stéphane Demilly, ex-UDF, député du Nouveau Centre. Albert est le siège de la communauté de communes du pays Coquelicot (26 800 hab.), qui réunit 60 communes de son canton et des cantons voisins d’Acheux-en-Amiénois et de Bray-sur-Somme.

Le canton a 17 100 hab., 26 communes, 17 660 ha et le nombre de ses habitants n'a pas varié de 1999 à 2008; il est limitrophe du Pas-de-Calais et la vallée de l’Ancre le traverse du nord au sud. Juste à côté d’Albert, Méaulte (1 340 Méaultois, 1 100 ha), au sud dans un vallon affluent, avait été choisie par Henri Potez en 1925 comme site d’une usine aéronautique; celle-ci existe toujours, mais comme unité du groupe Airbus, dont elle fabrique notamment des avants de fuselage; sous le nom d'Aerolia depuis 2009 (filiale à 100% d'EADS), elle est de loin le premier employeur du canton (1 350 salariés directs, nombreux emplois induits) et s'étend sur près de 50 ha. L’aérodrome d’Albert-Picardie (code LFAQ) est juste à côté; pourvu depuis 2007 d'une piste de 2 200 m en macadam et d'une gazonnée de 1 000m, il permet l'atterrissage des gros porteurs Béluga capables d'enlever les parties de fuselages montées à Méaulte; il a enregistré 8 600 mouvements en 2010, dont 700 commerciaux, 2 500 passagers et 4 600 t de fret. L’Aérospatiale entretient à Méaulte un lycée professionnel privé (Henri-Potez); une société Aviatis est spécialisée dans les transports exceptionnels; secrétariat QSA (20 sal.). La commune a gagné 60 hab. entre 1999 et 2008.

Dernancourt (460 Dernancourtois, 663 ha) et Buire-sur-l'Ancre (340 Buirois, 528 ha) sont deux villages de la vallée d el'Ancre en aval d'Albert, à 3 et 6 km du chef-lieu. À Bouzincourt (530 hab., 811 ha), 4 km au NO d’Albert sur le plateau, une zone d'activités de banlieue a reçu un atelier de mécanique de précision pour aéronautique et orthopédie (Somepic, 90 sal.), deux d'équipements de levage Mat Lev (30 sal.) et MTH (25 sal.) et plusieurs autres ateliers de moindre taille; la commune abrite quelques muches (souterrains-refuges).

Toutes les collines au nord d’Albert sont encore marquées par les combats de 1914-1918 et comptent de nombreux cimetières militaires, stèles et mémorials, surtout des différents régiments de l’Empire britannique. Fricourt (520 Fricourtois, 1 130 ha), 4 km à l'est d'Albert, a un cimetière allemand; la commune a gagné 60 hab. après 1999. À Ovillers-la-Boisselle (390 hab., 961 ha), 5 km au NE d’Albert, tranchées et cratère de Lochnagar au sud de la Boisselle, cimetière britannique à l'est d'Ovillers. Authuille (170 Authuillois, 358 ha), 7 km NNE d’Albert dans la vallée de l'Ancre, a un cimetière britannique au village et, sur le plateau au nord-est, un très grand mémorial britannique en hommage à 73 000 disparus. Son entrée est tout près du village de Thiepval (110 hab., 440 ha), nom sous lequel il est connu, mais il s'étend sur le finage d'Authuille. Thiepval a aussi un mémorial irlandais, la tour de Belfast, en souvenir des soldats de l’Ulster, et deux autres cimetières britanniques.

Aveluy (510 Abelloluciens, 664 ha dont 244 de bois), dont le village est à 3 km au nord d'Albert, a un finage qui s'étend des deux côtés de la vallée de l'Ancre et comporte au nord-ouest le grand bois d'Aveluy; un cimetière britannique est au nord-est; coopératibve agricole au sud dans la vallée. Mesnil-Martinsart (240 hab., 876 ha), 7 km NNO d'Albert, a un château et deux cimetières britanniques; Martinsart est un hameau au sud sur une butte, uni à Mesnil dès le 18e s. Auchonvillers (140 Auchonvillois, 572 ha), 11 km NNO d'Albert à l'est de Mailly-Maillet, a deux cimetières britanniques. À Beaumont-Hamel (180 hab., 831 ha), 10 km au nord d’Albert, le parc Terre-Neuvien au sud du village rappelle le sacrifice d’un régiment de cette province du Canada; un cimetière britannique est au nord du finage, deux autres au hameau d'Hamel tout au sud sur le flanc ouest de la vallée de l'Ancre, uni à Beaumont au 18e s.; la commune a perdu 50 hab. de 1999 à 2008.

Miraumont (730 Miraumontois, 1 396 ha), 14 km au NNE d’Albert, qui a gagné 50 hab. dans le même temps, est la principale des petites communes qui bordent la haute vallée de l’Ancre et dessinent une avancée à l’intérieur du département du Pas-de-Calais, juste à l’ouest de Bapaume; conditionnement à façon de cosmétiques Beauty Packaging (20 sal.); un cimetière britannique au sud sur le plateau. Pys (100 Pysois, 505 ha) et Irles (120 Irlois, 538 ha) complètent cette excroissance à l'est de Miraumont. Grandcourt (170 Grandcourtois, 838 ha), sur la rive gauche de l'Ancre juste en aval de Miraumont, a plusieurs cimetières britanniques sur le plateau au sud de la vallée; hippodrome dans la vallée.