Albi

51 100 (Albigeois) dont 2 200 à part, 4 426 ha, préfecture du département du Tarn, sur la rive gauche du Tarn à 82 km au NE de Toulouse. Au bord du Tarn encaissé, la ville reçut une première enceinte en 1180; ayant paradoxalement collaboré avec Simon de Montfort lors de la croisade dite des Albigeois, elle obtint des privilèges et put exploiter pleinement sa position de contact entre bassin garonnais et Massif Central, entre fromentaux de l'ouest et ségalas de l'est.

La ville ancienne forme un demi-cercle dont le diamètre est borné par les esplanades de la place du Vigan et des allées Pompidou, sur les anciens remparts. Au nord, au bord du Tarn, la cathédrale Sainte-Cécile (15e s.), énorme vaisseau de brique fortifié, est flanquée du palais épiscopal de la Berbie, dont les beaux jardins descendent vers le Tarn et qui abrite le riche musée Toulouse-Lautrec. Les rues étroites de la vieille ville sont parsemées de demeures anciennes et maisons bourgeoises; collégiale Saint-Salvi (13e au 15e s.); un musée est consacré à l'explorateur Lapérouse, qui est né à Albi en 1741. Albi bénéficie de plusieurs autres jardins: parc de Rochegude, jardins potagers de l'Apothicaire. Au 19e s., la ville s'est étendue vers l'est au-delà des fossés, et vers le SO en direction de la gare. Plus tard seulement, elle a colonisé la rive droite du Tarn dans le quartier de la Madeleine. Une grande rocade contourne Albi par le sud et l'est, unissant la N 88 et l'A 68 de Toulouse à Rodez par Carmaux.

La ville dispose d'un aérodrome au SO, avec un circuit pour automobiles (mais dans la commune du Séquestre), et d'un golf au bord du Tarn en aval. La commune dessine une excroissance presque enclavée à l'ouest, autour du hameau de Marre à l'ouest du Séquestre, trouée de gravières. L'École des Mines d'Albi-Carmaux, créée en 1992, s'est installée sur le campus de Jarlard, à l'est de la ville. Celle-ci a maintenant plus de 4 000 étudiants, en dépit de la proximité de Toulouse, et fait partie d'un ensemble universitaire Champollion qui associe les villes de Rodez, Figeac et Castres. La ville est très fleurie (quatre fleurs) et dispose d'un théâtre avec la scène nationale Athanor, un parc des expositions et un centre nautique.

Le passé industriel s'efface lentement et Albi est surtout un centre d'activités tertiaires. Elle dispose d'un centre hospitalier de 360 lits, des cliniques Claude Bernard (600 sal., 190 lits) et Toulouse-Lautrec (l'Espérance, 170 sal., 160 lits), de maisons de retraite Orpea (70 sal.) et Jardins d'Escudie (40 sal.), de quatre lycées publics et trois privés, un lycée agricole, quatre collèges publics et deux privés. La commune accueille un Géant Casino (175 sal.) et un supermarché Casino (40 sal.). Le Sporting Club Albigeois emploie 55 personnes, France-Telecom 45, ERDF 40; transports Bernadou (60 sal.), Andrieu (40 sal.), Cailhol (35 sal.), autocars Coulom (40 sal.).

Dans les autres commerces et services émergent la Banque Populaire Occitane (160 sal.), la BNP (65 sal.), la Caisse d'Épargne (35 sal.); les assurances Allianz (55 sal.); ingénierie SantéVie (115 sal.), informatique Sopra (50 sal.); pharmacie Réveillon (55 sal.) et distribution pharmaceutique Ouest Répartition (45 sal.), négoce de quincaillerie B. Pagès (35 sal.);; blanchisserie et nettoyage Manresa (60 sal.); nettoyages Onet (270 sal.), Impec (100 sal.), Dubosclard (95 sal.), Hy (60 sal.), PLD (45 sal.); publicité Adrexo (95 sal.) et Mediapost (60 sal.); services à la personne Enfance et Services (40 sal.), Venki (35 sal.) et Aidadom (30 sal.).

Parmi les industries de poids, subsiste à l’est de la commune la Verrerie ouvrière de 1896, rénovée et passée au groupe Saint-Gobain (VOA, 340 sal.); mais l’usine de chaux et ciments de Renteils et la fabrique de textiles artificiels de la Viscose (Rhône-Poulenc) ont disparu, et la centrale thermique Pélissier qui était au nord d’Albi, au pied des collines du Carmausin, a été détruite en 2012. D’autres usines se dispersent dans les communes voisines. Toutefois Albi mise sur les nouvelles technologies et a créé une Maison du développement industriel.

Les principales autres entreprises de production sont la fabrique de vêtements de dessous Teddy Smith (110 sal.), la carrosserie industrielle Safra (85 sal.); machines-outils Mécanumeric (65 sal.), traitements de surfaces Fin Tech (55 sal.); pièces plastiques et d’identité animale Chevillot (65 sal.), meubles Chêne Vert (75 sal.), chimie du bois Dyrup (enduits, 70 sal.); menuiserie Marty (40 sal.); salaisons et conserveries de la Montagne Noire (70 sal.), de La Maison du Jambon (55 sal.), conserves et foies gras Lascroux (35 sal.); travaux publics Eurovia (60 sal.), Colas (45 sal.), Malet (45 sal.); installations électriques Amec Spie (100 sal.), Cegelec (75 sal.), CRI (35 sal.) et thermiques Lagrèze et Lacroux (45 sal.).

Le maire d’Albi est Philippe Bonnecarrère, UMP, avocat et ancien député. Albi a eu 10 000 hab. au début du 19e s., le double à la fin; elle a atteint 30 000 en 1936 et croît encore; elle aurait augmenté de 2 000 hab. entre 1999 et 2009. Deux zones urbaines sensibles ont été reconnues: Lapanouse-Saint-Martin à l’est de la ville, Cantepau au nord-est sur la rive doite du Tarn. L'unité urbaine d'Albi a 72 500 hab., l'aire urbaine 95 400 hab. L’arrondissement a 182 600 hab. (165 000 en 1999), 23 cantons, 170 communes, 273 167 ha. La communauté d’agglomération de l’Albigeois rassemble 17 communes et 79 400 habitants (20 900 ha); son siège est à Saint-Juéry.

Les 6 cantons d’Albi totalisent 18 communes et 73 100 hab. (67 700 en 1999) sur 25 075 ha, dont 1 902 de bois. Lescure-d’Albigeois au nord, Marssac-sur-Tarn à l’ouest, Puygouzon au sud, Arthès face à Saint-Juéry à l’est, et Cagnac-les-Mines au nord-ouest, qui fait partie du bassin de Carmaux, ont dépassé les 2 000 habitants. Castelnau-de-Lévis (1 540 Castellévissiens, 2 142 ha), 6 km à l’ouest d’Albi, reste un village sous les ruines de son château féodal perché; il avait1 600 hab. en 1831, seulement 570 en 1960 et croît depuis (+90 hab. de 1999 à 2009); maison de retraite Korian (les Blés d’Or, 75 sal.).

Le Séquestre (1 610 Sequestrois, 542 ha), 3 km OSO d’Albi, est une petite commune dont une grande partie de la superficie est prise par l’aérodrome et l’autodrome; mais sa population a bien augmenté depuis les 240 hab. de la première moitié du 20e siècle, et a encore gagné 210 hab. de 1999 à 2009; Crédit Lyonnais (25 sal.), charcuterie Sovit (20 sal.); centre commercial avec hypermarché Leclerc (250 sal.), un Intermarché (75 sal.), Decathlon (45 sal.), MrBricolage (20 sal.); travaux publics Benezech (25 sal.). L’aérodrome (codes LBI et LFCI), de catégorie C, occupe 51 ha; il a une piste bitumée de de 1 560 m; petite aérogare (200 passagers en 2011), aéroclub d’Albi-Gaillac; il a enregistré 14 300 mouvements en 2011, dont 8 600 locaux, 5 700 voyages privés, 50 commerciaux. Le circuit automobile, ouvert en 1962, sert à des épreuves de Formules 2 et 3 (35 «journées bruyantes» en 2011); il pourrait servir à des essais de voitures à hydrogène (projet Eveeer'Hy'Pôle).

Le Garric (1 170 Garricois, 2 288 ha dont 398 de bois), plus près de Carmaux que d’Albi, a une zone d’entrepôts, et un groupe de métallerie suédois Sapa comprenant une fabrique de profilés d’aluminium (125 sal.), un traitement de surfaces (95 sal.), et des bureaux (30 sal.); complexe de loisirs Ikarie (45 sal.); un projet de parc éolien proche du parc de loisirs Cap Découverte de Carmaux, prévu pour 2007, a été abandonné. La commune a été créée en 1870, à partir de Lescure-d’Albigeois; sa population est seulement restée stable durant tout le 19e siècle.

Terssac (940 Terssacois, 543 ha), sur la rive gauche du Tarn juste à l'ouest d'Albi, a une fabrique de plats cuisinés (Flavourin, 35 sal.) et une nouvelle zone d’activités Albipole; systèmes de simulation de tir Gavap (75 sal.), arômes et produits de nutrition Phode (45 sal.), constructions Fournier (30 sal.), transports P. Blanc (45 sal.) et Rivals (45 sal.). Une fabrique Eternit de fibrociment (Ciment Renforcés), installée en 1971 et qui emploie encore 75 salariés et se complète d'un négoce de matériaux Eternit Commercial (65 sal.), a causé ds problèmes de pollution par l’amiante. La population communale est également en croissance (290 hab. en 1954) et a augmenté de 530 habitants (+22%) entre 1999 et 2009.