Albret (pays d')

contrée de la Grande Lande autour de Labrit (Landes), qui est le même nom, issu du gallo-romain Leporetum; mais le fief d'Albret a été peu à peu étendu, jusqu'à occuper presque toute la superficie des Landes actuelles et une partie du Lot-et-Garonne. Son chef-lieu fut d'ailleurs longtemps Nérac, où s'affairait toute une cour, sous l'autorité d'une famille ambitieuse qui a bataillé contre les Anglais, a choisi la religion réformée, est devenue titulaire du royaume de Navarre et a fourni un roi à la France: Henri IV, fils de Jeanne d'Albret.

Le nom reste prestigieux et donc recherché: il existe désormais une communauté de communes du pays d'Albret, dans les Landes, qui groupe 13 communes autour de Labrit (5 300 hab.); la communauté de communes du Val d'Albret (16 communes, 17 500 hab.) a son centre à Nérac et réunit les communes de la basse vallée de la Baïse en Lot-et-Garonne, dont Nérac, Vianne, Barbaste et Buzet; la communauté de communes des Coteaux de l'Albret (13 communes, 5 400 hab.) est également en Lot-et-Garonne et a Moncrabeau pour commune principale, Fréchou pour siège. Enfin un pays du Lot-et-Garonne a choisi de se nommer Cœur d'Albret, ou plus simplement Pays d'Albret, a pour siège Nérac (3 communautés de communes, 36 communes, 25 800 hab.) et associe aux deux précédentes la communauté du Mézinais. Ainsi la «communauté du pays d'Albret» (Labrit) est-elle curieusement la seule à ne pas faire partie du Pays d'Albret. Il est vrai que ces deux institutions sont dans des départements différents…

Les Albret

La première mention de la famille d'Albret remonte aux environs de 1050 et à Amanieu Ier. Elle a eu dans ses possessions des terres lointaines, jusqu'à Dreux, puis étendit son autorité sur le Périgord et Limoges au 15e s. D'heureux mariages ont encore agrandi le domaine: en 1484 Jean III d'Albret épouse Catherine de Foix, qui lui apporte d'un coup le royaume de Navarre (en fait il ne s'agissait que de la Basse-Navarre, de ce côté-ci des Pyrénées), la vicomté de Béarn, la Bigorre et le comté de Foix. En 1527, Henri II d'Angoulême épouse Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, qui possédait le comté d'Armagnac. Puis c'est Jeanne III d'Albret (reine de Navarre de 1555 à 1572) qui épouse en 1548 Antoine de Bourbon, ce qui fera de leur fils, le futur Henri IV, un prétendant légitime au royaume de France.