Allonnes (Sarthe)

11 300 hab. (Allonnais), 1 807 ha dont 238 de bois, chef-lieu de canton de la Sarthe dans l’arrondissement du Mans, 5 km au SO de la préfecture sur la rive droite de la Sarthe, face à l’ensemble industriel du sud de la ville. La ville a quelques restes gallo-romains dont des thermes, et un musée archéologique; deux collèges et un lycée publics; hôpital psychiatrique, institut médico-éducatif et foyer pour handicapés de l’Adapei, centre d’aide par le travail; maison de retraite du Champ de l'Ormeau (45 sal.). La grande zone d’activité du Monné a été équipée au SO du bourg sur 180 ha.

Allonnes n’avait encore que 900 hab. dans la première moitié du 20e siècle, 1 200 en 1954; elle est passée assez brusquement à 5 000 en 1962, 11 600 en 1968 et a culminé à 15 900 en 1975, mais perd des habitants depuis et a encore diminué de 900 hab. entre 1999 et 2009. La plus grande partie de l’espace bâti est considéré comme «zone urbaine sensible». Le maire est Gilles Leproust, communiste, également conseiller général. Allonnes a, près du Mans au bord de la Sarthe, un centre commercial formé par un hypermarché Leclerc (290 sal.), un négoce de fournitures de bâtiment et d'industrie Foussier Quincaillerie (180 sal.), et des magasins spécialisés comme Brico-Dépôt (80 sal.).

La ville accueille une grande usine du groupe japonais NTN Transmissions (700 sal.,) travaillant à 85% pour Renault, plus la fabrique de composants électroniques Carrier Kheops (220 sal., groupe états-unien Deutsch), et d’autres établissements de production comme les moteurs Leroy-Sommer (90 sal., groupe états-unien Emerson), Essilor (optique, 75 sal.), Warner (40 sal., transmissions électriques pour automobiles); plomberie Jouvet (35 sal.), menuiserie du Mans (35 sal.); installations électriques Soleva (35 sal.), entrepôts frigorifiques ADF (65 sal.), nettoyage Citadelle (30 sal.), publicité Babou (25 sal.), chauffage urbain Dalkia (50 sal.); plâtrerie SMATP (25 sal.), isolation Sodimav (25 sal.), travaux publics SPIE (100 sal.); transports Froc (95 sal.) et Mat Courses (35 sal.).

Le canton, en banlieue sud-ouest du Mans, a 18 100 18 700 hab., 6 communes, 6 542 ha. Pruillé-le-Chétif (1 280 Pruilléens, 1 030 ha), 5 km au NO d’Allonnes, a un collège et un lycée privés; menuiserie Bruteul (25 sal.), transports ATPLL (50 sal.). La commune avait moins de 600 hab. entre 1950 et 1975 et croît depuis, mais n’a gagné que 40 hab. de 1999 à 2009. Saint-Georges-du-Bois (1 820 Boisgeorgiens., 723 ha), 5 km ONO d’Allonnes, n’avait pas 500 hab. en 1954 et a crû surtout après 1975, mais plafonne depuis 1999. La commune est le siège de la communauté de communes du Bocage Cénomans (5 communes, 6 100 hab.). Le canton inclut Rouillon.