Alzon

230 hab. (Alzonais), 2 748 ha dont 1 412 de bois, chef-lieu de canton du département du Gard dans l'arrondissement du Vigan, 19 km à l'ouest du chef-lieu, à 600 m. La commune s'étire dans la haute vallée de la Vis et monte au nord jusqu'au Lingas (pic de Saint-Guiral, 1 366 m), où elle occupe ainsi le point le plus occidental du Parc national des Cévennes; anciennes mines. La commune a eu 1 750 hab. en 1886; le dépeuplement a été rapide (680 hab. en 1901, 340 en 1954) et s'est poursuivi jusqu'en 1990.

Le canton, limitrophe des départements de l'Hérault et de l'Aveyron, a 940 hab. (890 en 1999), 6 communes, 16 660 ha dont 5 795 de bois; il va du Lingas au nord, dans le massif ancien, au causse du Larzac au sud. Il ne reste pas 20 exploitations agricoles professionnelles, mais elles utilisent 6 200 ha, dont 5 700 en pacages. La fonction touristique se devine en partie aux 600 résidences secondaires, qui font 53% du total des logements; un petit camping, un petit hôtel.

Côté nord, Arrigas (200 Arrigasiens, 2 028 ha dont 927 de bois, à 500 m) et Aumessas (230 Aumessois, 2 145 ha dont 1 293 de bois, à 460 m) se partagent les pentes du Lingas et leurs hauts versants sont dans le Parc national. Arrigas a un aérium, avec maison d'enfants spécialisée. Aumessas monte à 1 445 m et aux cols de l'Homme mort et des Portes; la commune avait encore 1 440 hab. vers 1891, et avait bénéficié de la voie ferrée du Vigan à Tournemire, mise en service en 1896 et fermée en 1952: il en reste un grand viaduc de 220 m de long. Quelques châteaux et des restes de filatures témoignent de l'ancien passé industriel (http://aumessas.free.fr).

Au sud, Campestre-et-Luc (120 Camluçois, 3 810 ha dont 1 142 de bois, à 780 m), Vissec (50 Vissecois, 2 183 ha dont 307 de bois, à 400 m) et Blandas (130 Blandassiens, 3 746 ha dont 714 de bois, à 650 m) se partagent les plateaux caussenards. Le premier, à la jonction des départements du Gard, de l'Hérault et de l'Aveyron, est sur le causse du Larzac, entre vallées de la Virenque à l'ouest et de la Vis à l'est; il avait plus de 900 hab. dans les années 1880; il a repris une quarantaine d'habitants entre 1982 et 1999, mais rien ensuite; on voit plusieurs avens aux environs.

Le village de Vissec est au fond de la vallée sèche de la Vis, dont la résurgence (la Foux) se manifeste en aval; il eut 400 hab. au début du 19e siècle, 220 en 1901, et reste entre 40 et 50 hab. depuis les années 1960. On y devine les restes d'un ancien castellas, et il conserve un petit château du 17e s. sur une base des 12e-13e s., qui lui succéda. Le site http://vissec.free.fr s'efforce de faire connaître les lieux.

Blandas, qui a dépassé 600 hab. au 19e siècle, est sur son petit causse, dominant le canyon de la Vis au fameux cirque de Navacelles; siège de l'association des éleveurs de chevaux camarguais hors Camargue, atelier et formation à la céramique. Le causse de Blandas est en fait la fraction du Larzac qui est au nord du canyon de la Vis; il est partagé entre les communes de Blandas, Rogues et Montdardier, ces deux dernières étant dans le canton du Vigan. Il monte à 955 m au nord, à la Tour d'Arre, qui domine la profonde vallée de l'Arre.


Alzon (l')

r., v. Uzès