Ambazac

5 400 hab. (Ambazacois), 5 783 ha dont 2 389 de bois, chef-lieu de canton de la Haute-Vienne dans l’arrondissement de Limoges, 20 km au NE de la préfecture. La ville est au pied du bloc de relief des monts d’Ambazac, et a une gare sur la ligne de Limoges à Paris, un supermarché Carrefour (55 sal.); atelier de porcelaines Kaoline UCD'A (descendu à 14 sal.), traitement de métaux Bodycote (25 sal.), Carrières de la Gartempe (30 sal.) et Carrières d'Ambazac (30 sal.); nettoyage TENH (35 sal.). La commune monte au nord sur les monts.

L’église (11e et 15e s.) abrite une précieuse châsse de l’abbaye de Grandmont; au nord du bourg le château de Mont-Méry, de 1889, avec un parc et des jardins, a été construit pour le porcelainier Haviland; centre de cure médicale du Muret, musée de minéralogie, étang communal de Jonas. Au sud-est, la commune va jusqu’au barrage de Saint-Marc, sur le Taurion. Ambazac avait 3 800 hab. en 1896; sa population est tombée à 3 000 en 1936 et augmente depuis; elle a gagné 500 hab. de 1999 à 2008. La ville est le siège de la communauté de communes d’Ambazac et du Val du Taurion, qui groupe 7 communes et 10 900 hab.

Le canton a 15 500 hab. (14 000 en 1999), 7 communes, 20 920 ha dont 8 516 de bois. Au nord d’Ambazac, à 550 m d’altitude, Saint-Sylvestre (870hab., 3 091 ha dont 1 578 de bois) occupe la plus grande partie de la montagne, qui s’y élève à 629 m. C’est à l’ouest de la commune, sur la D 220 et l'A 20, que se trouve le site uranifère de la Crouzille, le seul exploité en France de 1948 à 1957, avant d’autres découvertes; il comportait plusieurs mines, notamment aux hameaux de Fanay et du Brugeaud, ainsi qu’à Marnac en Compreignac; il a été définitivement abandonné en 1995. Les étangs de la Crouzille (144 ha), longé par l'A 20, et de Gouillet (75 ha) plus au nord, sont près de ces sites. À l’est de la commune se trouve le hameau de Grandmont, site d’une célèbre abbaye qui créa son propre ordre monastique, les grandmontains, dits aussi Bons Hommes; mais il reste peu de chose des bâtiments. La commune s'est accrue de 150 hab. entre 1999 et 2008.

Saint-Laurent-les-Églises (830 hab., 2 737 ha dont 868 de bois), 8 km à l’est d’Ambazac, domine les gorges du Taurion, où sont le vieux pont du Dognon, à la limite du département, et en aval le barrage-poids de Saint-Marc, achevé en 1930, de 40 m de haut et 166 de long, qui retient 20 Mme dans un lac long de près de 10 km et de 127 ha de plan d’eau; la commune abrite une institution pour handicapés (institut médico-éducatif, 50 sal.) et des entrepôts de la coopérative fruitière Perlim de Saint-Aulaire; sa population s'est accrue de 90 hab. depuis 1999. Les Billanges (310 Billangeois, 2 261 ha dont 1 106 de bois) associe plusieurs hameaux à l'est de Saint-Laurent; église inscrite du 12e s., fortifiée au 15e s., ce qui lui donne l'aspect d'un donjon; le finage est bordé au sud par la gorge du Taurion.

À Bonnac-la-Côte (1 500 Bonnacois, 2 606 ha dont 1 050 de bois) à l’ouest du canton, à 14 km de Limoges, accès de l’autoroute A 20 et base de transports Centre-Express Limousin (45 sal.), un garage; la population communale augmente depuis 1975 (720 hab.) et a gagné 310 hab. (+26%) entre 1999 et 2008; son nom a été complété en 1919. Les communes les plus proches de Limoges, au sud-ouest du canton, sont Rilhac-Rancon et Saint-Priest-Taurion.