Ambès

3 000 hab., 2 885 ha, commune de la Gironde à la pointe septentrionale du canton de Lormont, où elle occupe le bec d'Ambès, 28 km au nord de Bordeaux. Le village originel est sur la rive gauche de la Dordogne. Le bec d'Ambès est une pointe alluviale en amont du confluent de la Garonne et de la Dordogne et signale ainsi le début de la Gironde proprement dite; il a été un site de raffineries de pétrole, désormais fermées.

Subsistent une centrale thermique au fioul installée en 1971-1974, dotée de 4 groupes de 250 MW dont un seul fonctionne, et qui est passée de 500 à 130 sal.; trois usines chimiques de Norsk Hydro (Yara, engrais, 90 sal., norvégien), Eka-Nobel (chlorate de soude, 70 sal., suédois), et Evonik Cofrablack (noir de carbone, 70 sal.), au groupe allemand Degussa; plus un atelier d’équipements industriels (générateurs de vapeur Ponticelli, 200 sal.), les transporteurs Guyamier (160 sal.), Perguilhem (110 sal.) et Jeanton (30 sal.) ainsi que les appontements et les réservoirs pour le stockage de gaz et de pétrole (310 000 m3); en outre, Bordelaise des gaz liquéfiés (30 sal.), pompes Ensival Moret (20 sal.), bétons KP1 (30 sal.), constructions Atlantika (20 sal.); plus une fabrique de spiritueux Lucien Bernard (25 sal.).

Le port, rénové en 2010, manipule 4,6 Mt/an, ce qui le classe au deuxième rang des ports dits de Bordeaux, après Bassens. Ambès offre aussi la base de loisirs de Cantefrêne. La population de la commune a augmenté depuis les 1 300 hab. de 1954, mais peu depuis 1999. Elle cultive 40 ha de vignes.