Angoustrine-Villeneuve-les-Escaldes

680 Angoustrinois, 8 787 ha mais sans bois, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Saillagouse, 15 km à l'ONO du chef-lieu (5 km à vol d'oiseau par-dessus l'enclave espagnole de Llivia). Elle issue d’une fusion de 1973. Trois petits villages proches se partagent le débouché de la vallée glaciaire d’Angoustrine (catalan Angostrina, le mot évoque une vallée étroite) à l’abri des énormes moraines qui en sont issues: Villeneuve-des-Escaldes (Vilanova de les Escaldes) le plus bas, Les Escaldes et Angoustrine au-dessus, ce dernier à 9 km au NNE de Bourg-Madame et 11 km à l’ouest de Font-Romeu; une ancienne église romane subsiste à Angoustrine. Les eaux sulfurées chaudes ont donné le nom des Escaldes; mais l’établissement thermal a été converti en centre de cure et réadaptation (190 sal.). La commune a un hôtel, un camping (90 places), 290 résidences secondaires sur 540 logements.; elle a gagné 80 hab. de 1999 à 2009.

Son territoire a peu de plaine et s’étend vers le nord sur 15 km en ligne droite, englobant à la fois le sommet du Carlit (2 921 m), le haut bassin du Carol avec le grand étang de barrage de Lanoux, celui de la Têt avec le lac de barrage des Bouillouses, et les multiples lacs du cirque glaciaire à l’est du Carlit, que draine l’Aygue vers l’Angoustrine et le Sègre. Le Lanoux, à 2 213 m, s’étend sur 198 ha derrière un barrage-voûte de 45 m de haut construit en 1960, et stocke 70 Mm3. Le lac des Bouillouses, à 2 016 m, a été mis en eau en 1910 et occupe 148 ha derrière un barrage de 25 m de haut; il ne retient que 17,5 Mm3. L’étang des Dougnes, un peu à l’ouest des Bouillouses, y offre la particularité de posséder deux exutoires, l’un vers le bassin de la Têt, l’autre vers celui du Sègre. La limite nord de la commune passe par les pics Pédrous (2 842 m), de Lanoux (2 660 m) et de la Coumette d’Espagne (2 763 m), qui jalonnent la limite départementale au-dessus du haut bassin de l’Ariège.