Aniane

2 820 hab. (Anianais), 3 034 ha dont 800 de bois et 392 de vignes, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Montpellier, 32 km au NO de la préfecture. Cette grande commune des garrigues montpelliéraines a pour limite occidentale la rive gauche de l'Hérault, qui coule en plaine en aval du célèbre pont du Diable (1029) qui marque la fin des gorges; le bois des Brousses rend celles-ci peu accessibles du côté d'Aniane. Toute la partie orientale du finage relève du plateau accidenté et boisé qui monte jusqu'à 361 m dans le massif de l'Arboussas; au SE, ruines du prieuré très isolé de Valcroze (12e s.). Aniane a été fondée comme abbaye bénédictine en 782 et a été au Moyen Âge un grand point de passage des drailles sur le chemin d'Arles; l'abbaye, puissant propriétaire foncier, a eu jusqu'à 300 moines, avant de devenir filature, puis prison et bagne après la Révolution.

Le bourg est un gros village de forme elliptique, tassé autour de l'ancienne abbaye; on y trouve château, de nombreuses et belles maisons du 18e s., église classée du 18e s. et de nombreux lotissements en tous sens. Prospère au 19e s. (3 500 hab. en 1880), il avait été frappé par la crise du textile et du vignoble. Il s'est en partie reconverti vers les vins de qualité et des activités plus diversifiées; le domaine de la Grange des Pères et celui du mas Daumas, au moulin de Gassac (30 sal.), ont acquis une grande célébrité par leurs vins, hors appellation; cave coopérative au sud du bourg, conserverie d'olives et cornichons Salles (40 sal.). La ville a un musée du roman d'aventures, une base de plein air et un centre d'accueil CEMEA, un camping naturiste, un festival annuel du film policier; et aussi un centre de rétention et rééducation de détenus. Le château de Capion (19e s.) se voit à la limite méridionale de la commune. Aniane a atteint 3 500 hab. au milieu du 19e s. et était descendue à 1 600 en 1982; la population augmente depuis et s'est accrue de 700 hab. entre 1999 et 2009, donc d'un tiers.

Le canton a 8 700 hab. (7 200 en 1999), 7 communes, 21 523 ha dont 12 388 de bois et garrigues; traversé en gorge par l'Hérault, il s'étend surtout dans les garrigues. Au NO, à 8 km d'Aniane, Saint-Guilhem-le-Désert est son haut lieu, dans tous les sens du mot: outre que l'altitude y monte à 819 m dans les Piochs au bord du Larzac, son abbaye est l'une des principales attractions de la région. Puéchabon (470 Puéchabonais, 3 126 ha), 5 km au NE d'Aniane, est serré dans une ancienne enceinte de forme elliptique, dont il a assez peu débordé; restes de remparts, quelques maisons anciennes; à 2 km à l'ouest, église classée des Brousses. La commune a plusieurs dolmens, et distille de la lavande; elle est bordée au nord par les gorges de l'Hérault, et avait plus de 860 hab. en 1880; son finage comporte 2 400 ha de garrigues (75%) et 500 de bois et taillis (16%); 130 ha de vignes; sa population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2009, plus d'un tiers. Les quatre communes orientales du canton relèvent du périurbain montpelliérain.

Argelliers (890 Argelliérains, 5 029 ha dont 3 400 de garrigues et 1 200 de bois et taillis), 11 km à l'est d'Aniane et 22 km au NO de Montpellier, n'est encore qu'un petit village de clairière perché et jadis fortifié au milieu d'un vaste finage de garrigues qui atteint au nord les gorges de l'Hérault; mais la commune n'avait même pas 200 hab. en 1975 (plus de 400 au 19e s.); elle a gagné 150 hab. de plus entre 1999 et 2009. À l'est, au domaine de Cantegrils, elle a reçu un lotissement de villas, avec piscine et camping; à Boussargues, site chalcolithique avec murs et cabanes, dans un hexagone protégé; un peu au sud, oppidum gaulois au roc de Pampelune.

La Boissière (930 Boissiérois, 2 445 ha), 6 km au SE d'Aniane et 24 km NO de Montpellier, a 150 ha de vignes pour 1 500 de garrigues et 250 de bois; relais de télévision (367 m); elle n'avait que 220 hab. en 1968, 400 en 1982; elle en a gagné 210 depuis 1999. Tout au sud, Saint-Paul-et-Valmalle (980 hab., 1 272 ha), est sur la N 109 qui relie Montpellier à Millau, au droit d'un défilé; elle avait 230 hab. en 1954, et a gagné 220 hab. de 1999 à 2009; cave coopérative, ateliers, maison de retraite; 900 ha de garrigues, 150 de bois et taillis, et moins de 100 ha de vignes. Enfin Montarnaud a nettement dépassé les 2 000 habitants.