Anse

4 900 hab. (Ansois), 1 523 ha, chef-lieu de canton du département du Rhône dans l'arrondissement de Villefranche-sur-Saône, 6 km au sud de celle-ci. Le bourg est sur la rive gauche de l'Azergues, tout près de son confluent avec la Saône, qui dessine un grand méandre où se tient, en face, le village de Saint-Bernard dans l'Ain. Anse a été précédée par un habitat gallo-romain nommé Asa Paulini, doté d'un castrum; on a trouvé à la Grange du Bief des restes de villas romaines et de belles mosaïques, dont certaines sont exposées au château féodal de Tours; collège public, maison familiale rurale. Plusieurs châteaux parsèment les collines alentour, surtout du 17e s. (la Fontaine, Saint-Trys, le Jonchay); golf du Beaujolais au sud de la commune.

Celle-ci cultive 195 ha de vignes; elle est traversée par la N 6, la voie ferrée Paris-Lyon, l'A 6 et la bifurcation vers l'A 46. Elle a une usine des compresseurs Danfoss (180 sal., groupe danois); ressorts Vanel (40 sal.), produits diététiques Cosmediet (25 sal.), un installateur de réseaux électriques Sobeca (Beaujolaise de Canalisation, 220 sal., du groupe Firalp); pépiniéristes Renouard (100 sal.) et Imbert (25 sal.), un Jardiland (25 sal.), un transporteur (Gervais, 70 sal.); traitement des eaux Sdei (55 sal.). Anse est restée autour de 2 000 hab. de 1845 à 1914 puis a un peu baissé (1 600 hab. en 1936) avant d'entamer une croissance assez soutenue; elle a gagné 250 hab. de 1999 à 2006. Elle est le siège de la communauté de communes du Beaujolais-Saône-Pierres Dorées (12 communes, 19 000 hab.).

Le canton a 22 200 hab., 15 communes, 8 524 ha dont 676 de bois; limitrophe du département de l'Ain, il s'étend du nord au sud dans la grande boucle de l'Azergues, sur les collines du Bas-Beaujolais et à leur pied. Ambérieux (430 Ambarois, 455 ha) est la seule commune à se tenir entre Azergues et Saône, à l'est de l'Azergues, dans la plaine de confluence encombrée par les voies de circulation, à la porte SE d'Anse; Forclum y a une filiale spécialisée dans les canalisations (150 sal., groupe Eiffage); travaux publics Gauthey (35 sal.), transports Translaur (40 sal.); chaudronnerie Defimetal (30 sal.), traitements de surfaces SA2P (25 sal.). La commune avait 180 hab. en 1936.

Dans les collines au nord-ouest d'Anse, Pommiers a dépassé les 2 000 hab. Dans l'angle NO du canton, en Beaujolais, Liergues (1 400 Lierguois dont 80 à part, 532 ha), 7 km au NO d'Anse, cultive 330 ha de vignes; atelier du Bobinage électrique industriel (BEI, 25 sal.), vêtements de travail Naef Terag (25 sal., groupe suisse); la population croît depuis le minimum des années 1920 (650 hab.); elle a augmenté de 85 hab. entre 1999 et 2004. Sa voisine Pouilly-le-Monial (730 Poliens, 381 ha), au sud-ouest, cultive 171 ha; sa population a augmenté de 60 hab. entre 1999 et 2005.

Lachassagne (790 Arlequins, 353 ha), à 3 km au SO d'Anse, figure pour 127 ha de vignes. Marcy (580 Marcillansois, 333 ha), 1 km plus au sud, en cultive 119 ha. Entre Marcy et Lachassagne, la Tour du Télégraphe monte à 403 m. Chacune de ces communes a gagné 60 à 80 hab. après 1999. Lachassagne n'avait que 270 hab. en 1968, Marcy 190. Alix (700 Alixois, 361 ha dont 33 de vignes), 8 km à l'OSO d'Anse, abrite un établissement des Hospices civils de Lyon (34 lits). Charnay (970 Charnaisiens, 706 ha), sur une crête à 450 m, 3 km au sud d'Alix, ajoute 158 ha de vignes et, au hameau de Bayère près de Châtillon, un centre médical de soins respiratoires avec hôpital et maison de retraite (30 sal.); grand château du 18e s.; plomberie Germain (40 sal.). La population croît depuis 1968 (510 hab.); elle a augmenté d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2007. Belmont-d'Azergues (620 hab., 151 ha), juste au sud, n'a qu'un minuscule finage dominant la vallée de l'Azergues, dont elle a adopté le nom en 1998; elle n'avait pas 100 hab. en 1954 et poursuit sa croissance au ralenti (+30 hab. de 1999 à 2006).

Au pied des collines, Lucenay (1 400 Lucenois, 627 ha), 3 km au sud d'Anse, cultive 177 ha de vignes et connaît une assez forte croissance depuis les 600 hab. des années 1920 à 1950; elle a gagné 170 hab. de 1999 à 2005. Morancé, 2 km au sud, a atteint les 2 000 hab. Saint-Jean-des-Vignes (380 hab., 257 ha), 3 km au sud de Morancé, n'a que 64 ha de vignes mais abrite un musée des Pierres folles, avec parc géologique et botanique, consacré à la fois à la géologie et à l'œnologie du Bas-Beaujolais; église romane, deux manoirs; centre de soins de suite spécialisé. Chazay-d'Azergues et Lozanne se tiennent tout au sud du canton au bord de l'Azergues.