Arette

1 100 hab. (Arettois), 9 223 ha dont 4 134 de bois, village du Barétous dans le canton d’Aramits (Pyrénées-Atlantiques), 17 km SO d’Oloron, qui fut très affecté par le séisme de 1967. Le village est dans une petite plaine drainée par le Vert, affluent du Gave d'Aspe. C'est un petit centre de repos et d’excursions, avec base d’aventures, arboretum et Maison du Barétous (musée écopastoral), centre d’études sismologiques; collège public. La commune compte dans son finage, très étendu vers le sud, le site de la Pierre-Saint-Martin, juste en bordure du Parc national, haut lieu de la spéléologie et station de ski. Le relief culmine à 2 315 m au pic du Soum Couy. La route (D 132) passe en Espagne aux environs du col de la Pierre Saint-Martin (1 766 m). Sa population a longtemps diminué: 2 100 hab. en 1886, 1 400 en 1931, 1 200 dans les années 1950; elle s'est stabilisée récemment. Arette est le centre de la communauté de communes de la vallée de Barétous (6 communes, 3 200 hab.).

Le séisme d’Arette est le plus violent ressenti en France depuis celui de Lambesc en 1909. Il s’est produit le 13 août 1967 après 23 heures, en pleine saison estivale. Une première secousse ayant donné l’alerte, la seconde, bien plus destructrice (5,3 sur l’échelle de Richter) n’a fait aucune victime; mais 800 personnes sur 1 200 ont été sinistrées dans la commune, le séisme affectant au total 2 283 immeubles dans 62 communes. Un autre séisme a eu lieu 15 km à l’est d’Arette en 1999. Pourtant, Arette n’est que l’un des lieux qui, de temps à autre, sont affectés par des séismes mineurs tout le long de la chaîne des Pyrénées et surtout sur son flanc nord-ouest, jusque vers Luchon.