Arrens-Marsous

770 hab. (Arrensois), 10 055 ha dont 935 de bois, commune des Hautes-Pyrénées dans le canton d'Aucun, 3 km au SO du chef-lieu, à 870 m. Elle occupe la plus grande partie du val d'Azun et s'étend sur 18 km du nord au sud; la fusion d'Arrens et de Marsous date de 1972. Le finage d'Arrens tient 7 km de la crête frontière d'Espagne dans le massif du Balaïtous où il culmine à 3 144 m; quatre petits cirques glaciaires sculptent cette crête, qui va au SE jusqu'au pic de Cambalès (3 065 m); un glacier subsiste sur le flanc NE du Balaïtous; les lacs de Batcrabère (7 ha, à 2 180 m) et le refuge de Larribet (refait en 1992, 60 places) sont au NO sous les pics d'Artouste (2 816) et Palas (2 974).

Un peu au nord de l'Artouste, le pic des Tourettes (2 771) domine le cirque de Migouélou, plus vaste, au fond duquel a été rehaussé le lac naturel de Migouélou (2 280 m, 49 ha) pour les besoins de la centrale électrique de même nom, installée en 1959 au fond de la vallée du gave d'Arrens à 1 500 m; un refuge a été aménagé au bord du lac depuis 1971 (40 places); maison du Parc près de l'hydrocentrale, au plan d'Aste, et petit lac de barrage de Suyen (2 ha) à proximité.

Plus bas dans la vallée tourne l'usine de Tucoy (1958, à 1 205 m), juste au-dessus du barrage du Tech qui retient un lac de 13 ha; une autre centrale est juste en amont du village. À l'ouest de celui-ci, la Route des Cols monte au Soulor (1 474 m), qui donne accès à la station de ski du Val d'Azun. Près du village, une chapelle dorée à belles boiseries, un institut médico-éducatif, une maison de santé succédant à un sanatorium. Au village, église gothique fortifiée des 15e-16e s., base de loisirs; agence de voyage La Balaguère (30 sal.). La commune a un hôtel, 4 campings (310 places) et 400 résidences secondaires sur 750 logements. La population est en légère augmentation (+40 hab. de 1999 à 2009).