Athée-sur-Cher

2 420 hab. (Athégiens), 3 447 ha, commune d'Indre-et-Loire dans le canton de Bléré, 7 km à l'ouest du chef-lieu et 20 km ESE de Tours, en Champeigne. Le village est sur le plateau à 3 km de la rivière. Le finage atteint la rive gauche du Cher, mais celui-ci coule auprès du coteau de rive gauche et ne laisse donc à Athée presque rien de la plaine alluviale, qui relève de Saint-Martin-le-Beau. Le nom de la commune, comme Athis, vient sans doute du gaulois attegia, désignant une habitation rurale, des huttes. Athée, devenu «sur Cher» en 1920, traversé par la N 76, est un petit centre de tourisme, avec aqueduc romain, église du 12e s., musée de la vigne et du vin.

La commune contient plusieurs châteaux dont celui de Nitray (15e-16e s.) près du Cher au nord-ouest, de style renaissance, accompagné d'un parc de 43 ha et d'un centre de loisirs, et du site d’écluse de Nitray sur le Cher; ou le manoir de la Boissière, également du 16e s. Juste à l'ouest du village, maison de retraite et parc au château de la Chênaie (ou Chesnaye, 16e-17e s. et surtout 19e s.), centre de soins. La tour ronde du Brandon (12e s.), haute de 19 m, se dresse isolée au sud-ouest de la commune. Athée a une cave coopérative vinicole et 49 ha de vignes cultivées; scierie Landré (25 sal.), volets et stores GRI (20 sal.), aire de service sur l'autoroute A 85 (30 sal.), qui traverse tout le sud du finage. La commune avait 1 000 hab. dans les années 1930 et en 1954 et sa population croît depuis; elle a augmenté encore de 370 hab. entre 1999 et 2008.