Auch

23 200 hab. (Auscitains) dont 1 360 à part, 7 248 ha dont 886 de bois, préfecture du Gers, au bord du Gers. La ville ancienne s'est établie un peu en hauteur sur la rive gauche. Elle fut l'Elimberris de la tribu des Auscii, rebaptisée Augusta Auscorum par les Romains, et finit par l'emporter sur d'autres chefs-lieux voisins, notamment Eauze. Elle fut ensuite un chef-lieu du comté d'Armagnac; l'abbaye de la Case-Dieu contribua également à son rayonnement.

Auch offre un assez large éventail de monuments avec une cathédrale tardive (fin du 14e s. au 17e), riche d'un mobilier renaissance et de vitraux du 17e s.; tour d'Armagnac du 14e s. (40 m de haut), palais de l'officialité du 14e s., mais très remanié par Viollet-le-Duc. Sur le plateau qui domine à l'ouest la vallée du Gers, sont la préfecture du 18e s. dans l'ancien palais archiépiscopal, l'esplanade des allées d'Étigny et l'hôtel de ville du 18e s.; maison de Gascogne dans l'ancienne halle aux grains; musée des Jacobins.

Le centre-ville domine le Gers par un grand escalier monumental de 1863, flanqué de petites rues, les pousterles. Au NE de la commune, le château de Saint-Cricq (1574) offre de vastes chais et un musée de l'armagnac; hippodrome et aérodrome en aval de la ville, golf dans les collines à l'ouest. L’aérodrome (codes AUC et LFDH), étendu sur 69 ha, a une piste bitumée de 1 900 m et une piste en herbe de 800 m, une petite aérogare et un aéroclub; il a enregistré 100 passagers commerciaux en 2011, et 10 000 mouvements (6 000 locaux, 4 000 voyages).

Auch est une ville d’emplois tertiaires: centre hospitalier public (360 lits), trois cliniques (65, 50 et 40 lits) dont la Polyclinique Gasconne (95 sal.), maisons de retraite dont les Jardins d'Agape (65 sal.), la Roseraie (30 sal.) et les Jardins Auscitains (25 sal.), trois collèges publics et deux privés, trois lycées publics et un privé, IUFM et embryon d’enseignement supérieur (deux départements d’IUT). Il s’y tient plusieurs festivals, notamment du cinéma d’animation; musée municipal, cirque et théâtre.

En revanche, cette préfecture n’a jamais reçu d’industrie significative; les principaux ateliers sont ceux des pièces plastiques pour l'aéronautique JCB Aéro (130 sal.) près de l'aérodrome, des composants électroniques Positronic (70 sal.), et les Cartonnages d’Auch (95 sal.); viandes Arcadie (130 sal.), Gersoise d'Abattage (30 sal.), Sodeco (25 sal.); menuiserie Dazeas (20 sal.), constructions métalliques S3A (30 sal.): imprimerie APIM (40 sal.).; génie thermique Smecso (50 sal.), Justumus (30 sal.) et Eiffage (30 sal.), plusieurs entreprises de bâtiment dont Le Bâtiment gascon (50 sal.). Quatre zones d’activités et une pépinière d’entreprises s’efforcent d’attirer des emplois.

Dans le tertiaire apparaissent deux hypermarchés Leclerc (210 sal.) et Carrefour (160 sal.), un Intermarché (30 sal.) et des magasins assortis dont Mr Bricolage (40 sal.), Conforama (30 sal.), Decathlon (30 sal.), Triathlon (20 sal.), Bureau Moderne (20 sal.); des négoces de cycles et accessoires (Alvarez, 60 sal.), de quincaillerie (B. Pagès, 45 sal.), d’articles pour fumeurs (Bouttier, 50 sal.), de matériaux (Camozzi, 35 sal.), de matériel électrique (Robert, 25 sal.), de matériel agricole (Mecadoc, 25 sal.), de plomberie (Sisca, 20 sal.); La Poste déclare 70 sal., la Caisse d'Épargne 100 sal.; Gasconne d'HLM (30 sal.), informatique ICS (25 sal.) et Teklynx (25 sal.), gardiennage UCSP (30 sal.); transports Rivière (40 sal.), Transauscitaine (40 sal.), Clauzade (25 sal.), Geodis Calberson (25 sal.); hôtel Ibis (25 sal.), Hôtel de France (20 sal.). L’Association sportive compte 40 sal. et quelques succès en rugby.

La majorité municipale est depuis très longtemps à gauche. Le maire d’Auch est Franck Montaugé, socialiste, ingénieur et ancien rugbyman, également conseiller général (Auch Sud-Ouest). La population communale n’a guère cessé de progresser, du moins jusqu’en 1982: 10 000 hab. vers 1840 et 15 000 vers 1900, 19 000 en 1962; elle aurait toutefois diminué de 300 hab. entre 1999 et 2009. La communauté de communes du Grand Auch associe 15 communes, 30 200 hab. sur 29 922 ha; elle siège à Auch. Le pays d’Auch a également son siège dans la ville; il regroupe les communautés de communes Cœur de Gascogne, Cœur d’Astarac en Gascogne, des Hautes Vallées, du Grand Auch, du Val de Gers et des Vals et Villages en Astarac (v. ces noms). L'unité urbaine Insee est de 24 900 hab., l'aire urbaine de 40 500 hab. L’arrondissement a 83 800 hab. (73 400 en 1999), 12 cantons, 154 communes, 213 393 ha.

Les 4 cantons d’Auch totalisent 36 200 hab. (34 500 en 1999) pour 22 communes et 51 491 ha dont 5 959 de bois. À l’ouest, la grande commune de Barran (740 Barranais, 5 282 ha dont 819 de bois) s’étend à l’ouest jusqu’à la Baïse. Son village, à 12 km OSO d’Auch, est une bastide de 1278, fondée en paréage entre l’archevêque d’Auch et le comte du Fezensac. Il conserve un clocher du 15e s. dont la flèche de bois est vrillée, et une tour-porte carrée. Au NO du village à 4 km, le château de Mazères, de 1500, très remanié au 18e s., fut aux 17e et 18e s. à la tête d’une exploitation agricole modèle; 5 km à l’est, domaine et lac de barrage (26 ha) de la Castagnère. Barran a eu plus de 1 800 hab. dans la première moitié du 19e s., 1 000 en 1910; sa population a repris 50 hab. depuis 1999.

Dans le même canton Auch-Sud-Ouest, à l'extrémité nord-ouest du canton et au nord de Barran, Le Brouilh-Monbert (260 hab., 1296 ha) associe depuis 1974 Montbert, un hameau perché sur le coteau de rive droite de la Baïse et Le Brouilh, un village de plaine sur la rive gauche de la Baïse; gardiennage LBM (25 sal.); la commune a 40 hab. de plus qu'en 1999. Saint-Jean-le-Comtal (400 hab., 1 715 ha dont 244 de bois) est à 13 km au SSO d'Auch; la N 21 d'Auch à Mirande et Tarbes y emprunte la vallée du Sousson; maçonnerie (25 sal.). La commune a absorbé celle d'Arbéchan à l'ouest en 1821; il en subsiste un hameau de crête; elle a gagné 40 hab. depuis 1999. Durban (150 hab., 1 740 ha dont 280 de bois) perché sur une pouge qui domine le Cédon à 17 km au sud d'Auch, fait également partie du canton; le Cédon est un affluent de rive gauche du Gers qui conflue à Pavie. La commune a plusieurs étangs collinaires; à l'ouest sont le manoir et le domaine de Montagnan, au-delà desquels le finage atteint le cours du Soussan.

Au nord d’Auch à 9 km, Roquelaure (580 Roquelaurois, 2 123 ha), établi sur un oppidum, et qui a absorbé Arcamont en 1950, inclut dans sa commune les châteaux d’Arcamont et de Rieutort (17e s., genre chartreuse, remanié au 18e s.), qui dominent la vallée du Gers sur la gauche; ruines de l’ancien château de Roquelaure (17e s.) et restes d’une villa gallo-romaine; la commune a gagné 110 hab. depuis 1999. Plus loin vers le nord, au bord du Gers à 15 km d’Auch, le hameau de Casteljaloux, dans la commune de Sainte-Christie (560 hab., 991 ha), est un haut lieu de l’agriculture gersoise avec coopérative agricole (90 sal.) et meunerie Gers-Farine (115 sal.); elle s'est accrue de 130 hab. depuis 1999 (+30%).

De l’autre côté, Montaut-les-Créneaux (650 Montaltais, 2 623 ha dont 256 de bois), 9 km au NE d’Auch, ancien castelnau du 12e s., conserve des restes de fortifications dont une porte de ville, et des maisons à colombage; église romane à trois nefs; le complément «les Créneaux» a été ajouté en 1917. Un château du 18e s. et une maison de rééducation et convalescence signalent Montégut (530 Montégutois, 1 142 ha), haut perché 4 km à l’est d’Auch, qui a gagné des habitants récemment (+ 110 de 1999 à 2009); surgelés Brake (40 sal.). À Duran (850 Durannais 659 ha), au NO d’Auch, entreprise de bâtiment Fondevila (35 sal.); la commune n’avait que 170 hab. en 1954 et a encore gagné 160 habitants de 1999 à 2009.

Preignan (1 280 Preignanais, 1 067 ha), 8 km NNE d’Auch sur la rive droite du Gers, est également en croissance: elle n'avait que 180 hab. en 1968, et s'est accrue de 300 hab. (+31%) de 1999 à 2009. Elle a une autre entreprise de bâtiment notable (Batilang, 35 sal.). Puycasquier (440 Puycasquiérois, 2 014 ha) est le village le plus éloigné d’Auch, perché à plus de 20 km au nord-est; sa population ne progresse pas; transports de voyageurs Aynié (20 sal.). Pavie, au sud d'Auch, est la seule commune à dépasser 2 000 hab. L'un des cantons, nommé Auch-Sud-Est-Seissan, a pour chef-lieu Seissan, et comprend plusieurs communes qui ne manquent pas d'intérêt.