Aucun

270 hab., 1 294 ha dont 593 de bois, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées dans l'arrondissement d'Argelès-Gazost, 10 km au SO d'Argelès à 860 m; église romane à grand bénitier sculpté, grosse tour carrée d'une ancienne fortification; musée montagnard du Lavedan et musée lapidaire. Aucun a un hôtel de 50 chambres, deux campings (120 places), 200 résidences secondaires pour 120 principales.La commune, qui a eu plus de 800 hab. au début du 19e siècle, s'étire perpendiculairement à la vallée du gave d'Arrens; sa population a augmenté de 60 hab. (+29%) entre 1999 et 2009.

Le canton a 2 200 hab. (2 000 en 1999), 10 communes, 25 955 ha dont 3 742 de bois; il associe le val d'Azun où trône Arrens-Marsous, la vallée d'Estaing (Hautes-Pyrénées) au SE, toute l'ombrée de la forêt d'Arragnat au nord, et un versant de la vallée de l'Ouzom au NO. Celle-ci est partagée entre les deux communes d'Arbéost en amont, Ferrières en aval, accessibles par le col du Soulor (1 474 m) et Arrens au sud, ou par la petite route d'Aucun à Ferrières par le col d'Ansan (1 388 m), mais qui vont plus facilement à Nay par la vallée de l'Ouzom. Le canton a 41% de résidences secondaires.

Le finage d'Arbéost (90 Arbéostois, 1 490 ha, à 780 m) monte au sud jusqu'au cirque du Litor où passe la Route des Cols entre Aubisque et Soulor, et bénéficie ainsi de la station de ski du Val d'Azun; il a été détaché d'Arrens en 1743, avec la promotion d'Arbéost comme paroisse; la commune avait près de 1 000 hab. en 1876. Ferrières (120 Ferriérois, 1 697 ha dont 267 de bois, à 550 m), comme son nom l'indique, fut un lieu de mines. Le fer de Baburet fut exploité au 13e siècle, encore au 18e, et surtout au 19e ; l'exploitation reprit de 1933 à 1962 et bénéficia alors d'une voie ferrée métrique depuis Nay, maintenant réinvestie par la route, ce qui facilite les relations par la vallée de l'Ouzom. Le fer alimentait les forges d'Asson, juste en aval dans le département voisin. Ferrières a eu 630 hab. en 1876.

Cinq villages se partagent la basse vallée du gave d'Arrens en aval d'Aucun. Bun (140 Bunois, 280 ha) est à 3 km ENE d'Aucun et à l'entrée de ce qui fut la vallée (la bat) de Bun, d'où le nom curieux de gave de Labat de Bun pour le torrent qui descend du Cambalès par Estaing, dans ce qui est plus souvent appelé de nos jours la vallée d'Estaing. À Arcizans-Dessus (110 Arcizanais, 501 ha, à 790 m), 3 km ENE d'Aucun, usine électrique de Nouaux.

Arras-en-Lavedan (540 Arrasiens, 2 466 ha dont 707 de bois, à 690 m), proche d'Argelès, est la commune qui dispose du plus grand finage: il occupe au nord l'extrémité de l'ombrée boisée d'Arragnat (vallée du Bergons) et monte au sud sur 9 km sur le versant droit de la vallée d'Estaing, jusqu'au soum de Picarre (2 307 m). La commune a eu quatre châteaux et en conserve quelques restes, dont les principaux, au Castet Naou au-dessus du village, associent une enceinte polygonale entourant une tour ronde et flanquée d'une tour carrée; espace ludique au village. Le nom était simplement Arras jusqu'en 1937; la commune a eu 840 hab. en 1846 mais sa population est assez stable depuis 1936; elle vient de gagner 70 habitants de 1999 à 2009. Elle offre un hôtel, deux campings, 150 résidences secondaires.