Audun-le-Tiche

6 100 hab., 1 543 ha dont 583 de bois, commune de la Moselle dans le canton de Fontoy, 16 km au nord du chef-lieu dans la vallée de l'Alzette. Son nom originel fut Aquaeductus, déformé ensuite en Awdu puis Audun, Tiche venant d'une racine qui évoque le parler germanique, comme «tudesque» et «teuton» ou même «deutsch»; pendant l'occupation allemande, elle fut Deutsch Oth. Cette commune frontalière jouxte Esch-sur-Alzette (Luxembourg). Elle fut le siège d'une seigneurie de la famille Molberg, dont les descendants devinrent aux 18e et 19e s. des maîtres de forges, sur un minerai local de bonne teneur; quatre hauts fourneaux y fonctionnèrent. L'habitat s'est concentré le long de l'Alzette et d'un vallon affluent, au pied de la côte; l'extraction de fer, d'abord superficielle, s'est faite en mines par la suite; il reste 30 salariés d'Arbed et les chevalements d'un puits sur le plateau, au sud. Le dernier haut fourneau, devenu propriété d'Arbed, s'est arrêté en 1964 et l'extraction de fer en 1998, entraînant la fermeture définitive de l'usine sidérurgique.

La commune avait 1 100 hab. en 1876, 6 300 en 1911; elle a culminé à 8 500 hab. en 1962 et a encore perdu 300 hab. de 1999 à 2008. Alors que, jadis, Audun avait dû faire venir de nombreux travailleurs étrangers, la situation de l'emploi est restée difficile depuis: sur 2 000 salariés vivant à Alzette, plus de 1 700 travaillent au-dehors, presque tous hors du département, c'est-à-dire surtout au Luxembourg. La ville coopère avec Villerupt et Esch, plus six communes voisines, dans une entente transfrontalière visant surtout au traitement des friches industrielles. La découverte d'une nécropole mérovingienne a fourni un site de visite, complété par un musée de l'Espace archéologique; un collège public, supermarché Carrefour (55 sal.). Vers le sud, Audun possède une assez large part du plateau, incluant l'ancienne gare de Hirps.

Au nord-ouest d'Audun, les deux petites communes frontalières de Russange (1 060 hab., 346 ha) et Rédange (930 hab., 550 ha) sont dans la dépression triasique d'Esch-sur-Alzette, au pied de la côte, et participent à l'entente transfrontalière. Russange est soudée à Audun. Rédange, 3 km plus loin, à l'extrême pointe NO du département, a exploité une mine de fer (Heydt). Russange avait plus de 1 200 hab. dans les années 1950; sa population est à peu près stable depuis. Rédange en avait 920 en 1975; après un léger retrait, elle a regagné une centaine d'habitants de 1999 à 2008.