Auray

12 900 hab. (Alréens) dont 410 à part, 691 ha, chef-lieu de canton du Morbihan dans l'arrondissement de Lorient, 19 km à l'ouest de Vannes; An Alre en breton. Ville de fond d'estuaire, à 14 km de la mer, où le Loc'h devient la rivière d'Auray, elle a été illustrée par la bataille de 1364 où Jean de Montfort prit possession du duché de Bretagne et fit Duguesclin prisonnier, puis par le port de Saint-Goustan, actif surtout du 15e au 17e s., où il faisait figure de troisième port de Bretagne. La ville haute, sur la rive droite (à l'ouest) se serre autour de la cathédrale Saint-Gildas et a conservé de belles maisons des 15e au 17e s.; elle domine la promenade ombragée qui suit la rive du Loc'h. En face, à l'autre bout d'un pont de pierre qui remonte au 12e s., Saint-Goustan est la ville basse, ancien port de pêche et de commerce, centre de l'artisanat et du tourisme; le petit port offre 160 places à bouée. La ville a huit hôtels (un peu plus de 200 chambres) mais seulement 330 résidences secondaires.

Auray compte au rang des «villes d'art et d'histoire» et, entre Vannes et Lorient, a un statut supérieur à celui d'un simple chef-lieu de canton. Elle offre hôpital public (168 lits) et institut supérieur de formation d'infirmiers, centre de rééducation auditive G. Deshayes (75 sal.), collèges public et privé, lycée général et lycée professionnel publics (1 250 élèves ensemble) et lycée agricole privé (500 élèves) avec station expérimentale à Kerplouz; maisons de retraite Lann Eol (Ker Anna 55 sal. et Sainte-Marie 35 sal.), maison pour enfants Éducation Espopir (40 sal.). S'y ajoutent les marchés du lundi, un musée de la vie portuaire dans la goélette Saint-Sauveur, le mausolée de Cadoudal.

L’éventail des emplois est assez large: plats cuisinés de poissons Gel-Moor (40 sal.) et viandes Kervadec (30 sal.); emballages plastiques Axilone (150 sal.) et Plasto Breiz (55 sal.), plasturgie Ouest Composites (55 sal.) et Auray Plast (40 sal.); mécanique de précision Kantemir (50 sal.); négoces de médicaments Ouest Répartition (70 sal.) et de matériaux Le Dore (65 sal.) et Réseau Pro (Wolseley, 45 sal.), d'articles de puériculture Thermobaby (35 sal.), de pneus (Auray Pneus, 30 sal.), réparations électriques Electro Standard (25 sal.); distribution d'électricité ERDF (65 sal.), traitement des eaux de la Saur (260 sal.), espaces verts Atlantic Paysages (25 sal.). Auray a un hypermarché Leclerc (160 sal.), des magasins Super-U (65 sal.), Carrefour Market (30 sal.), Bricomarché (45 sal.); comptabilité de la Fiduciaire de l'Ouest (35 sal.) et Sobrecomo (25 sal.).

La commune avait 6 500 hab. en 1900, 8 000 en 1950 et sa population continue de croître: elle a augmenté de 1 600 hab. entre 1999 et 2008, soit +14%. La municipalité a été dirigée par la droite jusqu'en 1995; à cette date, elle est passée à gauche sous la direction du maire Michel Le Scouarnec, communiste, ancien instituteur.La ville est le siège de la communauté de communes du pays d'Auray, qui réunit 10 communes, 36 900 hab., 30 600 ha, soit le canton de Pluvigner et une partie seulement de celui d'Auray.

Un pays d'Auray a adopté une charte dès 1978; reconnu en 2002, il compte 28 communes appartenant aux 5 cantons d'Auray, Belle-Île, Belz, Pluvigner et Quiberon et inclut les communautés de communes de Belle-Île, des Mégalithes et de la Ria d'Étel, soit au total 79 200 habitants et 63 400 ha. L'Insee attribue à Auray une aire urbaine de 23 300 hab. Le canton d'Auray a 34 000 hab. (28 300 en 1999), 9 communes, 15 586 ha dont 1 174 de bois. Il s'étire sur 25 km du nord (Plumergat) au littoral (Locmariaquer et Saint-Philibert) et comprend les villes de Pluneret et Crach près d'Auray.

Locmariaquer (1 710 Locmariaquérois, 1 099 ha), Lokmaria-Kaer en breton, occupe la presqu'île entre la rivière de Saint-Philibert, le littoral de la baie de Quiberon et la rivière d'Auray, qui se termine à la pointe de Kerpenhir. La commune joue sur l’ostréiculture et le tourisme; elle est surtout connue pour la Table des Marchands, qui fait partie d’un grand ensemble mégalithique au bord du golfe du Morbihan. Elle a 1 100 résidences secondaires (59% des logements), 6 campings (630 places), 3 hôtels (70 places). La population, longtemps stable, a gagné 300 hab. entre 1999 et 2008. Le petit port, modernisé, assure des liaisons avec Port-Navalo et des visites du golfe du Morbihan (80 000 passagers par an) et peut accueillir 230 bateaux de plaisance en ponton, 450 en mouillage.

Saint-Philibert(1 510 hab., 705 ha), plus à l’ouest, est sortie de Locmariaquer en 1892; la commune avait alors 650 hab. et a crû depuis, surtout après 1970 (850 hab.), gagnant 220 hab. après 1999; le bourg étire ses maisons le long de la longue baie de la rivière de Saint-Philibert à l’est, et la commune est bordée à l’ouest par la rivière du Crac’h face à La Trinité; la biscuiterie La Trinitaine y emploie 140 personnes; fabrique d'accessoires d'habillement PPMC (35 sal.). La commune a 1 500 résidences secondaires (plus des deux tiers des logements), plus de 400 places de camping. Sainte-Anne-d'Auray, Bono et Plougoumelen ont dépassé recemment les 2 000 habitants.