Auxonne

7 900 hab. (Auxonnois) dont 130 à part, 4 065 ha dont 1 297 de bois, chef-lieu de canton de la Côte-d'Or dans l'arrondissement de Dijon, 34 km ESE de la préfecture, sur la rive gauche de la Saône. Il reste quelques remparts de l'ancienne ville-forteresse à la limite des terres d'Empire, devenue ville de garnison avec des casernes (511e régiment du Train) et un arsenal, deux champs de tir et un terrain de manœuvre dans la forêt des Crochères au SE; plus un musée Bonaparte, rappelant que celui-ci y fut jeune officier.

Toutefois Auxonne est aussi une place d'échanges, avec tribunal de commerce et BTS de commerce, collège public et lycée polyvalent, centre hospitalier (30 lits), et un lieu d'industrie. Mais la grosse usine de téléviseurs Thomson (500 sal.) a fermé en 2004 par concentration sur celle de Genlis, à 15 km; restent Global Hygiène (ouates sur recyclage, 40 sal., issue d’une ancienne usine Monnoyeur), ainsi qu’une fabrique de pièces magnétiques France Magnet (45 sal.); deux Intermarché (60 sal.) et Casino (35 sal.), Bricomarché (20 sal.), fruits et légumes Trilégumes (30 sal.) et Provence-Bourgogne (20 sal.). La petite aciérie du Val de Saône (70 sal.) a disparu en 2008, un projet d'implantation d'hypermarché Leclerc a été refusé en 2009 après de multiples oppositions locales.

Auxonne est également inscrite comme «station verte de vacances», avec base nautique et a une gare monumentale, proche d'un grand carrefour ferroviaire. Les environs pratiquent le maraîchage, avec une spécialité d'oignons. L'étang de Villers-Rodin est sur le territoire d'Auxonne, au sud-est. Auxonne avait atteint 7 200 hab. (sdc) en 1886, puis sa population avait diminué jusqu'à 5 000 hab. en 1931, avant de remonter jusqu'en 1982; elle stagne depuis. La ville est le siège de la communauté de communes Auxonne-Val de Saône, qui allie 16 communes (14 300 hab.).

Le canton, limitrophe du département du Jura, a 14 500 hab. (12 800 en 1999), 16 communes, 17 020 ha dont 4 611 de bois; il s'étend de part et d'autre de la Saône et reçoit le cours inférieur de la Tille; de vastes forêts subsistent à l'est (forêt et champ de tir des Crochères) et au NO (bois de Mondragon). Il est traversé par l'A 39, qui croise l'A 36 à l'extrême sud du canton. Villers-les-Pots (1 000 hab., 1 043 ha dont 545 de bois), 3 km au NO d'Auxonne, a une conserverie de légumes Millière (STL, 60 sal.) appartenant au groupe Coopd'Or qui commercialise 20 000 t d'oignons frais ou épluchés par an, et une fabrique d'extraits alimentaires (légumes, vins et vinaigres) Villers (80 sal.); la commune a gagné 140 hab. de 1999 à 2008.

Athée (770 hab., 943 ha dont 402 de bois), 3 km plus au nord, a un château renaissance et participe aux cultures de légumes; la commune a gagné 160 hab. de 1999 à 2008, soit 26%; son nom n'a rien à voir avec les religions mais, comme Athis, dérive du gaulois attigia, cabane… Tillenay (670 hab., 607 ha), 3 km au SO d'Auxonne sur la rive droite de la Saône, abrite la gare d'Auxonne et a gagné 150 hab. dans le même temps (+29%). Les Maillys (850 Maillotins, 2 979 ha dont 409 de bois), 9 km SSO d'Auxonne, est dans la plaine humide de confluence de la Tille et de la Saône; la commune est formée de quatre villages, dont Mailly-le-Château au nord, Mailly-la-Ville au sud, Mailly-le-Port au confluent et le plus gros, dit parfois Mailly-l'Église, un peu en retrait au centre; la population de la commune a bien diminué de 1820 (1 300 hab.) à 1920, a peu bougé depuis, mais gagné 50 hab. après 1999.

Soirans (470 hab., 442 ha dont 201 de bois ), 9 km à l'ouest d'Auxonne, a une sortie d'autoroute avec péage, une entreprise d'espaces verts VDS (25 sal.); sa population s'est accrue d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2008. Flagey-lès-Auxonne (190 hab., 791 ha dont 309 de bois), 6 km au sud d'Auxonne, accueille une maçonnerie Donolo (20 sal.); son territoire s'orne de l'étang de Grange Rosotte, touche à l'ouest à la rive gauche de la Saône, et contient au sud une moitié du grand échangeur au croisement des autoroutes A 36 et A 39.