Baignes-Sainte-Radegonde

1 310 hab. (Baignois), 3 122 ha dont 515 de bois, chef-lieu de canton du département de la Charente dans l'arrondissement de Cognac, 14 km SSO de Barbezieux. La commune, issue d'une fusion de 1855, fut pionnière dans la coopération laitière en Charente, dès 1893. Elle se fit ainsi une bonne réputation dans la fabrication de beurre; mais la vigne l'emporte à présent (473 ha), bien que la commune soit dans l'aire un peu périphérique des Bons Bois; elle fournit notamment la firme Grand-Marnier, qui assure un débouché régulier. Baignes conserve l'église d'une ancienne abbaye, une tour du château féodal de Montausier, et un curieux manoir baroque du 19e s.; elle est dotée d'un collège public. La commune était Baignes jusqu'en 1854, date à laquelle elle a fusionné avec Sainte-Radegonde, passant de 400 à 2 500 hab. d'un coup; sa population n'a cessé de diminuer qu'en 1990.

Le canton a 4 200 hab. (3 900 en 1999), 8 communes, 14 862 ha dont 3 812 de bois; il est limitrophe de la Charente-Maritime; sa partie sud-est, plus élevée et accidentée, relève du plateau boisé des Landes saintongeaises, creusé à l’est par la vallée du Lary, que suit la limite cantonale. La population était de 4 900 hab. en 1954 et a diminué jusqu'en 1999. La N 10 emprunte la crête qui suit le Lary à l’ouest, entre Barbezieux et Chevanceaux.

Sur ce plateau, dans la commune dispersée de Touvérac (760 Touvéracois, 1 819 ha dont 619 de bois) à l’est de Baignes, où se trouvait d’ailleurs la laiterie-beurrerie défunte de Baignes, l’ancien sanatorium du château de Saint-Bernard est devenu un établissement hospitalier fusionné avec celui de Barbezieux dans les Hôpitaux Sud-charentais (400 sal. en tout). Touvérac accueille l'imprimerie Poly Imprim (30 sal.) et le siège de la communauté de communes des Trois B du Sud-Charente qui groupe 37 communes de trois cantons (16 200 hab.); sa population s'est accrue de 180 hab. entre 199 et 2008.

Condéon (570 Condéonais, 3 140 ha dont 808 de bois), 9 km ENE du chef-lieu, dans la petite vallée de même nom qui descend au nord vers le Né, a une église romane avec un portail à cinq voussures sculptées; la commune se partage entre la plaine de Champagne et le plateau, au sein duquel elle cache un petit lac. Reignac (670 Reignacais, 2 214 ha dont 434 de bois), à 6 km NNE de Baignes, cultive 332 ha de vignes et a gagné 70 hab. de 1999 à 2008. Chantillac (280 Chantillacais, 1 805 ha dont 345 de bois), à l’extrême sud-ouest à 8 km de Baignes, a 207 ha de vignes; ce n’est pas la fin de l’aire d’appellation, mais la fin du vignoble dense.