Baigneux-les-Juifs

290 hab. (Bagnolais ou Bagnosiens) dont 50 à part, 1 247 ha, chef-lieu de canton de la Côte-d'Or dans l'arrondissement de Montbard, 28 km à l'est de la ville (50 km NO de Dijon). Le village tire son nom de ce qu'une colonie de Juifs avait été autorisée à résider au 13e s. - ce qui n'a pas empêché des persécutions ultérieures et leur expulsion en 1420. Il est situé sur le plateau calcaire, un peu à l'écart de la vallée encaissée de la Seine et de la N 71 Dijon-Troyes; église à peintures murales, zone artisanale (matériaux de construction), active maison familiale rurale. La population, d'environ 350 hab. entre les deux guerres, était montée à 450 hab. en 1968, puis redescendue à 250 en 1990, puis passée à 270 en 1999 (sdc) et fluctue depuis.

Le canton a 1 600 hab. pour 15 communes et 22 143 ha dont 6 477 de bois; il s'étire du NO au SE et il est en partie boisé; la Seine le traverse au SE et dans son angle NE; d'assez nombreux monuments anciens y sont épars, mais l'ensemble est très dépeuplé depuis longtemps (2 700 hab. en 1954). Un musée de la guerre 1914-1918 se visite au SO à La Villeneuve-les-Convers (41 hab., 888 ha), 9 km OSO du chef-lieu, qui propose aussi de petits musées du chien et du matériel agricole, conserve un château et dont le territoire compte plusieurs gouffres. Les restes d'une ancienne abbaye se voient à Oigny (37 hab., 1 484 ha dont 601 de bois), 6 km au SE du chef-lieu au bord de la Seine; Oigny a eu 220 hab. en 1806, 90 en 1906. À 15 km au NO de Baigneux. À Villaines-en-Duesmois (310 hab., 3 395 ha dont 1 469 de bois), née d'une ancienne villa romaine, il reste quatre tours d'un château en cours de restauration; scierie Barbier (25 sal.); la commune a gagné 50 hab. de 1999 à 2008.