Bain-de-Bretagne

7 300 hab. (Balnais) dont 160 à part, 6 477 ha dont 317 de bois, chef-lieu de canton d’Ille-et-Vilaine dans l’arrondissement de Redon, 32 km au sud de Rennes sur la route de Nantes. Le bourg est un ancien relais de poste sur la route de Nantes et un solide centre de services. Il a un hôpital local de 160 emplois, une clinique (45 lits); un collège public et un privé, un lycée public de 660 élèves, un lycée agricole privé, un institut médico-éducatif.

Parmi les entreprises, entreposage et transports frigorifiques Stef (150 sal.) et supermarché U (140 sal.), Intermarché (65 sal.), négoce alimentaire Fromatis (20 sal.), éditions Edicolor (95 sal.) et nuanciers Oger (45 sal.) du même groupe, et quelques petits ateliers, dontla Tôlerie Bainaise (20 sal.) et un site des cafés Lobodis (commerce équitable Max Havelaar, 25 sal., 3 millions de paquets de café par an) lié à un centre d’aide par le travail qui acceuille en tout 250 personnes handicapées mentales; négoces de matériel agricole Lely (45 sal.) et Gledel (20 sal.), transports Grand Ouest (35 sal.), autocars Hermes Voyages (35 sal.), station-service autoroutière Argedis (20 sal.).

Les environs s’agrémentent d’un étang près du bourg; château de la Robinais (17e-18e s.) à l’est du bourg, château (17e-18e s.) et moulin de Pomméniac au sud, ancienne abbaye des Landes à l’ouest. La ville se classe «station verte de vacances» avec trois voisines, Pancé, Pléchâtel et Poligné. La population communale augmente, depuis un creux légèrement au-dessous de 4 000 hab. (sdc) dans les années 1950; elle s'est accrue de 1 600 hab. entre 1999 et 2008 (+28%). Le bourg est le siège de la communauté de communes de Moyenne Vilaine-Semnon, qui rassemble 17 communes (26 500 hab., 37 600 ha) du canton et de celui de Sel-de-Bretagne.

Le canton a 20 600 hab. (15 900 en 1999), 9 communes, 26 821 ha dont 2 007 de bois. Il est limité à l’ouest par la vallée de la Vilaine, à l’est par le cours sinueux du Semnon, et atteint 28 km d’ouest en est. Au SE, où il est limitrophe de la Loire-Atlantique, il mord sur la forêt de Teillay; Teillay (990 Teillacois, 2 621 ha dont 708 de bois) est à sa bordure septentrionale à 13 km ESE de Bain, mais n’en a qu’une partie; la population communale s'est accrue de 200 hab. entre 1999 et 2008. Ercé-en-Lamée (1 390 Ercéens, 3 921 ha dont 292 de bois), 3 km au NO de Teillay, Erzieg-Mez en breton, en a gagné 220 dans le même temps; son finage s’étire le long des méandres du Semnon, au bord desquels demeure le château de la Motte des Vaux (17e au 19e s.) à l’est du bourg, et qui inclut au sud d’anciens quartiers de landes, où subsiste l’étang des Landes; atelier de plastiques du groupe RBL (100 sal.).

Le bourg de Pancé (1 100 Pancéens, 1 933 ha), à 5 km NE de Bain, qui a gagné 120 hab. de 1999 à 2008, est juché au-dessus de la rive droite du Semnon, et apprécié comme lieu de villégiature, tout comme son voisin à l’ouest Poligné (1 110 Polinéens, 924 ha), qui est sur l’ancienne route de Rennes, à présent doublée par la voie rapide vers Nantes. À Pancé, ruines de l’ancienne forteresse du Fretay (15e s.), châteaux de la Créole (17e-19e s.) et du Plessis-Godard (16e s.), fonderie d’acier Nowak à cire perdue (110 sal.), du groupe néerlandais Aalberts; à Poligné, beau château de Bois-Glaume, du 18e s., jadis Bois-Guillaume, et transports routiers par citernes Rouxel (310 sal.); la population totale de la commune s'est accrue de 340 hab. entre 1999 et 2008, soit 44%! À la pointe septentrionale du canton, Crevin a dépassé 2 000 hab. en 2002. Les deux gros bourgs de Pléchâtel et Messac sont sur la Vilaine et tiennent la partie occidentale du canton.