Barenton

1 320 hab. (Barentonnais), 3 488 ha dont 273 de bois, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l’arrondissement d’Avranches, 10 km ESE de Mortain. La commune, au pied des reliefs couronnés par la forêt de la Lande Pourrie, est incluse dans le Parc Normandie-Maine et la Sélune marque sa limite méridionale; le village a des commerces de base, une Maison de la pomme et de la poire dans la campagne au SE du bourg, lycée agricole privé, collège privé. Barenton a eu plus de 3 000 hab. au début du 19e siècle, 2 100 à la fin, et sa population diminue encore un peu: elle s'est réduite de 100 hab. entre 1999 et 2008. Le bourg est le siège de la communauté de communes de la Sélune, qui rassemble 11 communes et 5 700 hab.

Le canton a 3 100 hab. (3 300 en 1999), 4 communes, 11 859 ha dont 1 358 de bois; limitrophe du département de l’Orne, il s’étend du sud au nord, entre Mortain et Domfront, à travers la barre de reliefs du sud de la Normandie. Saint-Cyr-du-Bailleul (430 hab., 2 341 ha), 5 km au SE de Barenton, est la seule commune hors du Parc; elle a eu 2 600 hab. en 1806, et près de 1 000 dans l’entre-deux-guerres. À Saint-Georges-de-Rouelley (540 Saint-Georgeois, 2 052 ha dont 250 de bois), 5 km à l’est de Barenton, le site de la Fosse Arthour domine une gorge de 70 m de profondeur sciant une barre de quartzite; escalade, vol libre. La commune accueille un négoce de bestiaux (Béchet, 25 sal.) et un atelier de viandes (Les Viandes Fermières, 20 sal.).

La partie septentrionale du canton est occupée par la commune de Ger (880 Gérois, 3 978 ha dont 750 de bois), la plus étendue de la Manche après Pontorson, dans un paysage de fortes collines montant à 342 m; son finage est limité au nord par le cours de l’Égrenne, qui rejoint en aval la Varenne, affluent de la Mayenne. Ger fut un pays d’artisans cloutiers et de poterie brune; le musée régional de la Poterie collectionne plus de 2 000 pièces, et d’anciens fours. Le bourg a un bon contingent de commerces élémentaires desservant de nombreux petits hameaux, mais en 2010 l'atelier de cartes électroniques Seprolec (80 sal.) a quitté Ger pour Vire (25 km), personnel compris. La population de la commune diminue toujours, depuis les 2 800 hab. du début du 19e s. (1 900 en 1900, 1 300 en 1954); elle a perdu 90 hab. de 1999 à 2008.