Baronnies (les)

contrée de collines vigoureuses en contrebas des Pyrénées et du plateau de Lannemezan entre Bagnères-de-Bigorre et Capvern, comportant de nombreux petits villages très dépeuplés. Le nom vient des quatre barons qui s'y partageaient les villages, ceux d'Esparros, de Lomné, d'Asté et d'Uzer. Le relief des Baronnies, au pied des barres calcaires de Bassia, est modelé dans une formation de schistes argileux (flysch) relativement tendres, où se sont enfoncées les têtes de l'Arros. La topographie en est confuse et ne facilite pas les relations entre les petits villages et les terroirs très morcelés, dans une contrée longtemps considérée comme inhospitalière, boueuse et sans grâce. La population a encore un peu diminué au cours des années 1990. Le dépeuplement a incité à la création de la foire aux célibataires d'Esparros, une première du genre.

De nos jours, la variété des paysages et la dispersion de l'habitat en font un pays attractif pour le «tourisme vert», mais la position sur le front des Pyrénées lui vaut toujours d'être plutôt pluvieux. L'hypothèse a été émise que le fond de peuplement des Baronnies serait cousin des Basques; la preuve n'en a pas été apportée mais l'idée illustre la façon dont ce petit pays est perçu par ses voisins.

Le pays a été longtemps sous la haute autorité des seigneurs de Mauvezin et de l'abbaye d'Escaladieu. Il est partagé entre les cantons de Lannemezan, Bagnères-de-Bigorre et La Barthe-de-Neste. Ces divisions n'ont pourtant pas empêché l'apparition d'une communauté de communes des Baronnies de17 membres, dont le siège est à la Maison des Baronnies à Sarlabous et qui compte 1 600 habitants, et d'une communauté de communes de la Baronnie des Angles (8 communes, 1 300 hab.) qui siège à Lézignan.Il existe aussi une communauté de communes Neste-Baronnies dans le canton de La Barthe-de-Neste, dont le siège est au chef-lieu; 15 communes, 5 200 hab.