Barre-des-Cévennes

210 hab. (Barrois), 3 429 ha dont 1 525 de bois, chef-lieu de canton de la Lozère dans l'arrondissement de Florac, 16 km SSE de Florac à 930 m sur le plateau cévenol, face au causse Méjean; maisons anciennes, église romane, petit musée local de l'Écomusée des Cévennes. La population communale avait frôlé les 700 hab. en 1881 et a fortement diminué jusqu'en 1975 puis oscillé depuis; elle a gagné 20 hab. de 1999 à 2004.

Le canton, limitrophe du département du Gard, a 1 200 hab., 8 communes, 20 111 ha dont 8 211 de bois. Il s'étire du sud au nord à l'extrémité occidentale des Cévennes, allant de l'Aigoual au Bougès. Tout au sud, le minuscule village de Bassurels (50 Bassurelois, 4 634 ha dont 2 349 de bois), déjà à 22 km de Barre par la route, mais à 8 km à vol d'oiseau, est aux sources du Gardon de Saint-Jean, à 640 m sous le col des Marquaires (961 m); la commune va jusqu'au sommet de l'Aigoual (1 565 m) par la forêt d'Aire-de-Côte. Un peu au nord, Le Pompidou (210 Pompidoliens, 2 280 ha dont 471 de bois), 14 km au sud du chef-lieu, à 750 m, tient la crête de la Corniche des Cévennes entre la vallée du Gardon de Sainte-Croix et celle du Tarnon; un lambeau de calcaire perché y forme un causse, nommé Can de l'Hospitalet; la population a augmenté de 50 hab. entre 1999 et 2009.

À l'est du canton, Sainte-Croix-Vallée-Française (330 Valfranciens, 1 857 ha dont 806 de bois), 13 km au SE du chef-lieu, a également gagné 50 hab. dans le même temps. Le village est au fond du Gardon de Sainte-Croix et propose un musée du Cévenol; la commune est le siège de la communauté de communes des Cévennes-Hauts Gardons, qui réunit 8 communes et 1 700 hab. Au-dessus, au NO, la petite commune de Molézon (110 Molézoniens, 1 476 ha dont 581 de bois) abrite une magnanerie de l'Écomusée des Cévennes.

Cassagnas (120 Cassagnais, 3 519 ha dont 1 634 de bois), à 13 km ENE de Barre-des-Cévennes, à 700 m, est dansla vallée de la Mimente et, de ce fait, appartient au versant atlantique; située à la fois sur la N 106 (à 18 km de Florac) et le chemin Stevenson, la commune est très fréquentée par les randonneurs; son finage monte au col du Bougès (1 308 m) au nord, au mont Mars (1 162 m) au sud, au-dessus de la forêt domaniale de Fontmort. Saint-Julien d'Arpaon (120 Saint-Julions, 2 072 ha dont 604 de bois), la commune la plus proche de Florac (7 km), à 610 m dans la vallée de la Mimente à l'extrémité NO du canton, est le siège de la communauté de communes Cévenoles Tarnon, Mimente qui groupe 7 communes (1 100 hab.) du nord du canton et du canton voisin de Florac; celles de la Vallée-Française participent à la communauté de communes Cévenne-Hauts Gardons.