Bar-sur-Aube

5 600 hab. (Bar-sur-Aubois ou Baralbins) dont 220 à part, 1 627 ha, sous-préfecture du département de l'Aube, 54 km à l'est de la préfecture. La ville est située à l'endroit où la vallée de l'Aube s'encaisse dans le plateau calcaire des Bars. La N 19 et la voie ferrée ont emprunté ce passage, qu'ignore l'autoroute, tracée 12 km plus au sud (à vol d'oiseau) et accessible à 19 km au SE de Bar. Le philosophe Gaston Bachelard est né à Bar-sur-Aube en 1884.

La ville, ancienne forteresse, est entourée d'une ceinture de boulevards à la place des anciens remparts. Elle est fleurie (trois fleurs) et conserve deux églises classées, des 12e et 14e s.; Cellier aux Moines, belle bibliothèque dans un hôtel du 18e s.; collège public, lycée général et technique et lycée professionnel publics, hôpital local (20 lits), clinique privée (50 lits), maison de retraite publique. Un ancien camp romain et une chapelle sont sur la côte Sainte-Germaine qui domine la ville (349 m) et offre un beau panorama; la commune cultive 83 ha de vignes.

L’activité industrielle est dominée par la grosse entreprise Valco (meubles Cauval Dumeste), créée en 1991, qui emploie 700 personnes; une centrale de cogénération utilisant la biomasse (55 GWh/an) a été installée par l’allemand RWE, notamment pour fournir à Cauval de l’énergie et du chauffage; fabrique de matelas Cipal (100 sal.). S’y ajoutent la métallerie Manoir (240 sal., forge et estampage), Cibétanche (couverture et étanchéité de bâtiments, 30 sal.), la métallerie Sippa (profilés à froid, 25 sal.); supermarchés Leclerc (85 sal.) et Carrefour (60 sal.). La coopérative LCDA (La Chanvrière de l’Aube, 30 sal.) traite les dérivés du chanvre, que lui apportent 320 adhérents cultivant 6 000 ha (fibres pour la papeterie, litières pour chevaux, produits Aubiose).

La ville a une «zone urbaine sensible» aux Varennes. Non loin de Bar a été installé le parc d'attractions Nigloland (v. Vendeuvre-sur-Barse) et la ville bénéficie de la proximité du Parc régional de la Forêt d'Orient et de ses lacs. La population communale a augmenté entre la première moitié du 20e siècle (4 000 à 4 200 hab.) et 1975 (7 300 sdc) mais diminue depuis, et même fortement; elle a perdu 900 hab. entre 1999 et 2008. La communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube compte 27 communes et rassemble 12 600 hab. sur 351 km2; on y cultive 1 740 ha de vignes d'AOC champagne, produisant annuellement 2,8 millions de bouteilles. Le pays Bar-sur-Aubois correspond à la communauté. Le Bar-sur-Aubois est aussi le terroir n°16 du Vignoble champenois, étendu à 30 communes, un peu moins de 700 exploitants et 2 100 ha de vignes; Urville et Meurville en sont les principales communes. L'arrondissement a 29 600 hab. (30 400 en 1999), 5 cantons, 104 communes, 119 326 ha.

Le canton de Bar-sur-Aube a 11 900 hab. (12 700 en 1999), 23 communes et 29 909 ha; il est limitrophe de la Haute-Marne à l'est et au sud. La côte viticole des Bars dessine deux amples courbes. L'une est à l'est de Bar et va jusqu'au nord de Colombey-les-Deux-Églises, par Arrentières (210 hab., 1 391 ha dont 470 de bois et 122 de vignes), Voigny (190 Corbeillots, 709 ha dont 86 de vignes), Colombé-le-Sec (140 hab., 878 ha dont 142 de vignes), très fleurie (quatre fleurs) et qui a une belle ferme du 16e s. avec cellier, issue d'une grange de l'abbaye de Clairvaux, et Rouvres-les-Vignes (130 Bougelains, 828 ha dont 93 de vignes), plus Colombé-la-Fosse et Saulcy dans le canton de Soulaines-Dhuys, Rizaucourt-Buchey et Colombey-les-Deux-Églises en Haute-Marne dans le canton de Juzennecourt.

L'autre est au sud de Bar et, par Fontaine (300 Fontainois, 568 ha dont 48 de vignes), commune où se trouve la robinetterie industrielle Pons (150 sal.) et qui a gagné 40 hab. entre 1999 et 2008, puis Baroville (370 Barovillois, 1 732 ha dont 943 de bois et 209 de vignes), et Arconville (120 Arconvillois, 1 500 ha dont 696 de bois et 54 de vignes), va jusqu'à Champignol-lez-Mondeville (340 Champignolais, 4 407 ha dont 2 590 de bois et 124 de vignes) et continue vers Essoyes.

Au-dessus de la côte viticole, le plateau est boisé; mais la vigne y réapparaît à la faveur des vallons, comme à Urville (160 hab., 1 220 ha dont 264 de bois et 156 de vignes), 14 km au SO de Bar-sur-Aube, où se trouve le premier producteur de champagne de l'Aube, André Drappier (35 sal.); il possède 40 ha de vignes AOC, des caves à Reims et, sur place, des caves jadis aménagées par les moines de Clairvaux. Dans la vallée de l'Aube à 6 km au NO de Bar, Arsonval (350 Arsonvallois, 758 ha dont 362 de bois) a ouvert un musée d'icônes du peintre Loukine (1904-1988).

La partie SE du canton, qui s'enfonce en coin dans la Haute-Marne, est très boisée, et dominée par la forêt domaniale de Clairvaux, qui couronne un plateau s'élevant jusqu'à 350 m. Quatre communes s'y distinguent. Ville-sous-la-Ferté (1 290 hab. dont 240 comptés à part, 1 977 ha dont 1 349 de bois), à 18 km de Bar-sur-Aube, sur la rive gauche de l'Aube et proche de l’accès autoroutier de l'A 5, tire un certain parti de la présence de Clairvaux. S'il reste peu de choses de la célèbre abbaye que Bernard de Clairvaux avait dissimulée en 1115 dans un profond vallon débouchant sur l'Aube, 3 km au nord du village, et dont les bâtiments ont été rasés au cours des années 1810, le pénitencier qui a été édifié à sa place attire des visiteurs, derrière ses 2 700 m de murs entourant un domaine de 30 ha, qui occupe 250 salariés. Ville-sous-la-Ferté a abandonné la sidérurgie, les Laminoirs de Clairvaux (100 sal.), héritiers des forges de Saint-Bernard, ayant été liquidés en 2002 après avoir été acquis par l'italien India; mais elle a une spécialité de bois moulés par le groupe Regnier (100 sal., sièges) assorti de CBC (Champenoise des bois cintrés, vernissage) et Plaquage moulé de France (couverts de bois); quelques très petits ateliers complètent l'activité.

Juste à côté de la bourgade, Juvancourt (170 Juvancourtois, 829 ha dont 482 de bois) est Juste à l'est de Ville-sous-la-Ferté, de l'autre côté de l'Aube; un aérodrome est en position culminante sur le plateau au-dessus du village (code LFQX, piste souple de 900 m, aéroclub). Un peu au nord, juste à l’est de la centrale pénitentiaire de Clairvaux,430 Longchampois, 1 639 ha dont 967 de bois) est établi un peu en amont du confluent de l'Aujon et de l'Aube, dans une vallée encaissée et entourée de bois; gare, ancienne forge Saint-Bernard. Lignol-le-Château (210 Lignolais, 2 185 ha dont 1 056 de bois), 9 km à l'est du chef-lieu sur la route de Chaumont, accueille un négoce de matériel agricole Geoffroy (25 sal.); son finage atteint à l'ouest le cours de l'Aube; le château de la Pipière est juché au-dessus du versant droit escarpé, au milieu des bois.

Toutefois, le joyau du pays de Clairvaux reste Bayel (870 Bayellois, 2 300 ha dont 1 440 de bois), dans la vallée de l'Aube, 7 km au SE de Bar-sur-Aube; sa cristallerie, créée en 1666 par les Mazzolay de Murano et qui conserve le nom de Cristallerie royale de Champagne, est très visitée et flanquée d'un musée du cristal; mais elle également surveillée en raison des risques de rejets toxiques (plomb). L'emploi s'y est pourtant abaissé à une soixantaine de salariés et l'entreprise, après être passée à l'italien Borgosesia en 1991, puis à un fonds suisse Sagem en 2004, a failli être liquidée fin 2005, avant que le porcelainier de Limoges Haviland accepte de la reprendre n conservant 35 emplois. Bayel a également une entreprise de nettoyage, Deca (K'Propreté, 120 sal.). La commune perdait des habitants depuis 1954 — elle en avait alors 1 440 — mais a maintenu en 2008 son effectif de 1999. Au sud-est dans la vallée de l'Aube, la ferme de la Borde (16e-17e s.), ancienne grange de l'abbaye de Clairvaux, est protégée.