Bastide-de-Sérou (La)

980 hab. (Bastidiens), 4 362 ha dont 860 de bois, chef-lieu de canton du département de l'Ariège dans l'arrondissement de Foix, 17 km ONO de la préfecture, au bord de l'Arize et sur la route de Foix à Saint-Girons à 406 m. Le village, né d'un paréage entre le comte de Foix et l'abbé du Mas-d'Azil en 1252, campe dans une dépression allongée évidée dans des terrains calcaires; restes de remparts et de quatre portes, maisons du 18e s. et halle, ruines de la tour au Loup font du village une halte appréciée; maison de retraite, village de vacances, «station verte de vacances»; château de Rhodes (18e-19e s.) avec hôtellerie.; fabrique d'escaliers Dumas (30 sal.), maçonnerie RDM (25 sal.).

Alentour se voient des traces d’anciennes mines de cuivre et d’argent, exploitées sporadiquement depuis l’Antiquité. Un golf a été établi au NE du village à Unjat, et le finage recèle plusieurs grottes. Au nord de la commune, la haute vallée de la Lèze, qui a sa source dans la commune, a été équipée du lac de barrage de Mondély, agrémenté d’une base de loisirs. La commune a un hôtel, un camping de luxe (100 places), 140 résiences secondaires (22% des logements). La population communale avait atteint 3 000 hab. en 1851; elle est descendue à moins de 2 000 après 1920, moins de 1 000 dès 1968; elle a gagné 50 hab. entre 1999 et 2009. La communauté de communes dite du Séronnais 117 compte 15 communes (3 200 hab.) et a son siège au village.

Le canton a 2 100 hab. (1 900 en 1999), 13 communes, 14 154 ha dont 5 680 de bois; 30% de ses logements sont des résidences secondaires. Il monte au sud jusqu’aux sources de l’Arize et au cap du Carmil (1 617 m) dans la commune de Sentenac-de-Sérou (38 Sentenacois, 1 353 ha dont 948 de bois, à 825 m), qui a connu 540 hab. dans les anénes 1840; la route de Foix à Massat y franchit la crête limite au col de Péguère (1 375 m) près duquel subsistent les restes de la tour Lafont, ancienne tour de guet. Un ensemble de ski de fond a été aménagé sur cette ombrée (15 km de pistes). Le village est au nord de la commune, à 15 km du chef-lieu (6 km SO à vol d’oiseau).

Alzen (230 Alzenois, 1 787 ha dont 1 011 de bois), 8 km ESE de La Bastide, est juché à 750 m sur un plateau calcaire karstique qui domine le sillon du Sérou par un escarpement vigoureux tourné vers le nord, enjolivé de cascades et de grottes. La commune avait 920 hab. en 1836; l’habitat y est très dispersé en 28 menus hameaux, dont nombre sont abandonnés; mais le mouvement vient apparemment de se renverser (+60 hab. de 1999 à 2009). Le village principal est sur la petite route du Sérou à la Barguillière. Des abris de pierres (tutas) parsèment les pentes; une mine de plomb et d’argent a été exploitée jadis.

À l’extrémité occidentale du canton, Durban-sur-Arize (160 Durbanais, 675 ha dont 199 de bois), 8 km à l’ouest de La Bastide sur la route du Mas-d’Azil, est à l’entrée de la première grande cluse de l’Arize, qui fut commandée par le château de Saint-Barthélemy; on en voit encore trois enceintes et un donjon (13e s.); la commune avait 1 200 hab. autour de 1850.