Beaune

22 900 hab. (Beaunois) dont 720 à part, 3 130 ha dont 480 de vignes et 354 de bois, sous-préfecture de la Côte-d'Or, 40 km au SSO de Dijon, au pied de la côte viticole. Le centre-ville est enserré dans le boulevard quasi circulaire dans l'ensemble mais sinueux dans le détail, qui signale l'emplacement des anciens remparts. Il abrite l'église collégiale d'une ancienne abbaye de Cluny (12e s., tapisseries) et le célèbre Hôtel-Dieu à toits de tuiles vernissées, construit dans les années 1440; celui-ci s'orne, entre autres œuvres d'art, du Jugement dernier de van der Weyden et reçoit plus de 400 000 visiteurs par an; musée des beaux-arts, musée du vin, musée d'art cinétique Marey (inventeur de la chronophotographie).

La ville, ainsi classée «ville d'art» et «ville fleurie 4 fleurs», est le chef-lieu des grands vignobles des côtes de Beaune, et connue par les ventes de vins des Hospices de Beaune, qui marquent l'année viti-vinicole un dimanche de fin novembre; on y trouve aussi la plus grande librairie spécialisée de France (Athenaeum de la vigne et du vin), un lycée viticole avec formation d'apprentis et un centre d'apprentissage de la tonnellerie. Elle a de nombreux ateliers de services à la vigne, de gros négoces de vins Louis Latour (110 sal.), Bichot (95 sal.), Bouchard (50 sal.), Martenot (35 sal.), Drouhin (35 sal.), Jadot (30 sal.); fabrication des mousseux Kriter (270 emplois) du groupe vinicole Patriarche. Une appellation viticole communale porte sur 435 ha, dont de nombreux premiers crus (322 ha) mais sans grand cru, et fournit annuellement environ 16 000 hl de vin rouge et 1 600 de blanc.

Beaune est un centre de services étoffé à l'échelle de son arrondissement, avec un palais des Congrès. Le site est particulièrement bien desservi par le double carrefour des autoroutes A 6, A 31 (vers Dijon, puis Lille ou Nancy), A 38 (vers Besançon, Bâle) et la voie ferrée de Paris à la Méditerranée, plus un aérodrome au SE de la ville. La ville a deux collèges publics, école des beaux-arts, établissement régional d'enseignement adapté, deux lycées polyvalents publics; un collège-lycée privé; centre d'aide par le travail; hôpital (210 lits), institut médico-éducatif, maisons de retraite.

Beaune dispose aussi de plusieurs zones industrielles et d’une plate-forme logistique de 40 ha. Les principaux ateliers sont eux des cartonnages (Giepac, 180 sal.), des brioches Beaune Brioche (la Boulangère, 105 sal.) et des plats cuisinés Repas Santé (85 sal.), des machines agricoles Bobard (95 sal.), des thermoplastiques renforcés RTP (ex-Compagnie des Composants, tombés de 350 à 65 sal.), de bijouterie LP Créations (40 sal.) et Rolot-Lemasson (75 sal.), spécialiste de la chaîne en or, né à Commercy en 1869 et qui a eu jusqu’à 350 salariés dans les années 1990; mécanique Monnot (45 sal.).

Beaune a aussi un centre Leclerc (190 sal.), supermarché Aldi (110 sal.) et Carrefour (100 sal.) Intermarché (45 sal.), Casino (35 sal.), un groupe d’ingénierie (Ingedia BEP, 30 sal.), comptabilité André (45 sal.), constructions C3B (70 sal.), une entreprise de nettoyage (L’Entretien, 95 sal.); négoces de vêtements PK (65 sal.), de lunetterie Atol (65 sal.), transports Hillebrand (190 sal.), Delanchy (40 et 40 sal.), manutention Exapaq (35 sal.), ERDF (60 sal.); plusieurs hôtels dont Mercure (35 sal.), Novotel (35 sal.), Lion d'Or (35 sal.), base des autoroutes SAPRR (140 sal.) et des travaux publics Eurivia (35 sal.).

La commune de Beaune a eu 14 000 hab. en 1901 mais était descendue à moins de 12 000 dans les années 1930; sa population a augmenté assez régulièrement depuis. La population totale n'a pas changé de 1999 à 2008 mais la municipale a gagné 300 hab. La majorité municipale est traditionnellement à droite; le maire est Alain Suguenot, UMP, avocat, également député. L’arrondissement de Beaune a 96 000 hab. (92 100 en 1999), 10 cantons et 194 communes sur 211 834 ha. Curieusement, l’aire urbaine Insee n’est donnée que pour 35 500 habitants et l’unité urbaine limitée à la commune. Beaune est le siège de la communauté d'agglomération Beaune-Chagny-Nolay créée en 2008 (54 communes, 51 500 hab.).

Les deux cantons de Beaune 38 000 hab. (37 000 en 1999), 31 communes, 32 069 ha dont 7 499 de bois. L'appellation viticole bourgogne-hautes-côtes-de-beaune (AOC de 1961) porte sur 500 ha de pinot (25 000 hl/an) et 100 de chardonnay (4 000 hl) dans une quinzaine de communes des hauteurs à l'ouest de la ville, et dispose d'une cave coopérative. L'appellation côte-de-beaune fait suite au sud à l'AOC côte-de-nuits. Elle comprend les appellations communales ladoix, aloxe-corton, pernand-vergelesses, savigny-lès-beaune, chorey-lès-beaune, pommard, volnay, monthélie, auxey-duresses, saint-romain, saint-aubin, meursault, blagny, puligny-montrachet, chassagne-montrachet, et santenay. Les grands crus s'y rassemblent autour des sites de Corton et de Montrachet.

Le canton Nord réunit les petits villages viticoles des Hautes-Côtes et les plus gros villages des Côtes, soit du sud au nord Meursault, Auxey-Duresses, Monthélie, Volnay, Pommard, Chorey-lès-Beaune, Savigny-lès-Beaune, Aloxe-Corton, Pernand-Vergelesses, tous noms prestigieux (v. ces noms).

À l'exception de Ladoix-Serrigny tout au nord, le canton Sud est au contraire entièrement dans la plaine et limitrophe de la Saône-et-Loire. Il inclut notamment Merceuil (800 hab., 1 380 ha), site de l’Archéodrome aménagé sur la grande aire de repos et de services de l’autoroute à 6 km au sud de Beaune et qui offre expositions, vidéos, restaurant AutoGrill (180 sal.) et magasin Carrefour (30 sal.); la commune a gagné 240 hab. entre 1999 et 2004, soit +43%. Tailly (200 hab., 457 ha), 6 km au sud de Beaune, a une fabrique de pains et pâtisseries surgelées (Appétit de France, 45 sal.) et plusieurs étangs de gravières. Sa voisine du sud Corcelles-les-Arts (490 hab., 547 ha), 10 km SSO de Beaune, a gagné 70 hab. entre 1999 et 2008. Montagny-lès-Beaune (680 hab., 604 ha), 4 km SE de Beaune, a gagné 150 hab. dans le même temps; elle aligne plusieurs établissements le long de l’autoroute près du péage de Beaune-Sud, dont Tesch Clerget (50 sal.) et Veuve Ambal (75 sal., crémant de bourgogne, 21 millions de cols par an), venu de Rully; fabrique de matériel agricole Boisselet (50 sal.), nettoyage Progedi (30 sal.).

Bligny-lès-Beaune (1 200 hab., 730 ha), 4 km au sud de la ville au pied de Pommard, accueille les canalisations Scub (25 sal.). Vignoles (790 hab., 672 ha), 6 km à l'est de Beaune, a reçu sur son territoire le vaste échangeur A 6-A 31 et une partie de la zone industrielle Beaune-Vignoles, ainsi que la zone artisanale des Bruottées; château (19e s.), surgelés Thiriet (25 sal.), transports Alloin (60 sal.) et GLS (45 sal.). Levernois (280 hab., 373 ha), 4 km SE de Beaune, est le site de l'imprimerie d’étiquettes Autajon (100 sal.) et du traiteur Transgourmet (70 sal.), d'une hostellerie (70 sal.) et d'un golf, d'un chantier des travaux publics Spie (35 sal.); échangeur de l’A 6 pour Beaune.

À Sainte-Marie-la-Blanche (820 hab. 679 ha), 8 km SE de Beaune, plasturgie Millet Samablan (30 sal.) et recyclage de bouteilles en plastique Amcor (australien) puis Artenius (APPE, 130 sal., filiale de La Seda de Barcelone); produits laitiers Est Service Frais (30 sal.), et cave coopérative; la commune a gagné 130 hab. après 1999. Ruffey-lès-Beaune (1 200 hab., 1 544 ha dont 562 de bois), 6 km à l’est de Beaune, au bord de la Lauve sur la route de Seurre, a reçu une maison familiale rurale au hameau de Grandchamp; traitement de déchets Bourgogne Recyclage (50 sal.), transports Secula (50 sal.); la commune englobe une part de la forêt domaniale de Borne; elle a gagné 410 hab. de 1999 à 2008, soit 55%!

À l'extrémité NO du canton dans la Montagne, Bouilland (200 hab., 1 665 ha dont 915 de bois) occupe les sources de la profonde vallée du Rhoin, qui débouche en plaine à Beaune et, au terme d'un parcours de 22 km, rejoint plus loin la Lauve (11 km), elle-même sous-affluent du Meuzin par la Bouzaise (17 km); la commune associe les ruines de l'abbaye Sainte-Marguerite, les sites naturels de la Roche percée et de la Combe à la Vieille, de hauts versants raides avec un site de vol libre; elle a eu plus de 600 hab. au 19e s. mais est passée au-dessous de 300 dès la Première Guerre mondiale.