Beaurepaire

3 900 hab. (Beaurepairois), 1 846 ha, chef-lieu de canton du département de l'Isère dans l'arrondissement de Vienne, 30 km au SE de Vienne dans la vallée de l'Oron, en Valloire. Il est doté de collèges public et privé, d'un hôpital local (20 lits médicaux, 120 en tout) et accueille la Maison de pays du territoire de Bièvre-Valloire. L'usine Boxal (310 sal.) fabrique des emballages légers en aluminium, notamment pour aérosols; elle a été cédée par Alcan à sa filiale Lawson Mardon (Exal) à la suite de l'intégration de Pechiney; Alcan conserve un autre atelier similaire, Copal, de 70 sal. MGI Coutier (60 sal., plastiques) est un équipementier d'automobiles et la carrosserie Sarrazin fabrique des cabines d'engins (50 sal.); chocolaterie Jacquot (80 sal.), métallerie Pichon (30 sal.); coopérative de triage et séchage du tabac Agritabac (60 sal.), négoce de matériel agricole ESD (45 sal.), transports Bourget (50 sal.); supermarché Champion (25 sal.). Beaurepaire avait déjà 2 500 hab. en 1850; sa population augmente lentement depuis 1920 et s'est accrue de 520 hab. entre 1999 et 2007.

Le canton a 12 200 hab., 15 communes, 19 771 ha dont 4 685 de bois; il est limitrophe du département de la Drôme. La communauté de communes du Territoire de Beaurepaire, qui siège au chef-lieu, lui correspond. La ligne de TGV Lyon-Méditerranée traverse tout le canton du nord au sud. L'Oron draine sa partie méridionale, le Dolon sa partie centrale, la Sanne et la Varèze coulent au nord. Les interfluves, dans les collines de débris fluvio-glaciaires, sont assez boisés, comme à Moissieu-sur-Dolon (510 Moissieurois, 1 438 ha dont 501 de bois), 9 km au NO de Beaurepaire (bois de Taravas), ou à Pommier-de-Beaurepaire (590 Pommiérois, 1 916 ha dont 447 de bois), 10 km NNE du chef-lieu à 468 m, où commence la forêt de Bonnevaux et qui contient plusieurs étangs. Moissieu a gagné 125 hab. de 1999 à 2004, soit un quart; Pommier a crû de 75 hab. de 1999 à 2006.

Primarette (630 Primarettois, 2 176 ha dont 752 de bois), 8 km au nord de Beaurepaire, a un atelier de plasturgie Ten Cate fabriquant des gilets pare-balles (Ares, 50 sal., groupe néerlandais). Sa population augmente depuis les 360 hab. de 1975 (+75 hab. de 1999 à 2007). Revel-Tourdan (860 Revellois, 1 162 ha), 7 km au nord du chef-lieu au bord du Dolon, accueille un Intermarché (40 sal.).

Saint-Barthélemy (820 hab. dont 55 à part, 798 ha), 2 km à l'est de Beaurepaire dans la même vallée de l'Oron, accueille une maison familiale rurale et un supermarché Casino (40 sal.); elle a gagné 160 hab. (+21%) de 1999 à 2006. À Jarcieu (800 Jarcieurois, 631 ha), 10 km à l'ouest du chef-lieu au bord du Dolon, espaces verts Brio (50 sal.), ISS Espaces Verts (45 sal.), pépinières Guillot-Bourne (40 sal.); métallerie (Ctcm, 25 sal.). La population de Jarcieu, inférieure à 600 hab. dans la première moitié du 20e s., augmente aussi, depuis 1975 (+80 hab. de 1999 à 2004); maçonnerie (Marchand, 20 sal.).

Au nord du canton, Montseveroux (790 Montseverois, 1 648 ha dont 363 de bois), création monastique sur le plateau de Bonnevaux et dont le nom était à l'origine Mont Supérieur, est un ancien village fort sur une colline dominant la Varèze, qui a conservé de belles maisons médiévales, une église du 12e s. et un château. Sa population croît depuis le minimum de 1962 (moins de 400 hab.). Son voisin de l'ouest Monsteroux-Milieu (520 Monsteroudaires, 817 ha dont 200 de bois) tire son nom du monastère; son église, des 11e et 13e s., se signale par ses peintures murales; Milieu est un ancien village sur la colline d'en face, au nord, réuni en 1790. La population communale augmente depuis le minimum de 220 hab. en 1975.

Son voisin de l'est Cour-et-Buis (730 Courtois, 1 373 ha dont 525 de bois), également au bord de la Varèze, a un atelier de plastiques (Portelli, 20 sal.); la commune résulte d'une fusion de paroisses de 1790; elle n'avait guère que 400 hab. en 1975 et croît depuis. Tout à l'est à l'orée de la forêt de Bonnevaux, Saint-Julien-de-l'Herms (110 Juliénois, 917 ha dont 459 de bois) a été créée en 1844 à partir de Primarette, avec 300 hab.; elle a atteint 340 hab. en 1886, et un minimum de 98 en 1982, et a gagné 30 hab. de 1999 à 2006.