Belcaire

440 hab. (Belcairois), 3 068 ha dont 1 644 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Aude dans l’arrondissement de Limoux, 56 km au SO de la ville, à 1002 m. Ancien siège de l’administration royale du pays de Sault, Belcaire reste son village-centre, avec quelques commerces, services et artisans; aucun n'atteint 20 salariés. La commune a dépassé 1 000 hab. au milieu du 19e s., et sa population a diminué jusqu’en 1990, mais vient de reprendre 40 hab. depuis 1999; 170 résidences secondaires font plus de 40% des logements; un petit plan d'eau avec camping et accueil touristique a été installé à la Mousquière à l'ouest du village; l'inévitable «sentier cathare» suit la crête au nord de la commune. Belcaire est le siège de la communauté de communes du pays de Sault (14 communes, 1 200 hab.), la moins peuplée du département.

Le canton a 1 700 hab., 17 communes, 23 461 ha dont 8 931 de bois; il s’avance dans le département de l’Ariège, qui l’entoure sur trois côtés. Sa limite sud suit la crête qui sépare les bassins atlantique et méditerranéen par le roc de Quercourt (1 820 m), le pic de Serembarre (1 851 m), le Picaucel (2 027 m); le col du Pradel (1 673 m) permet de la franchir sur la route qui va d’Ax-les-Thermes à Quillan. Les gorges du Rébenty entaillent profondément le plateau de Sauklt et traversent tout le canton du SO au NE.

À l’ouest, le canton atteint les gorges de la Frau, taillées par l’Hers dans les Prépyrénées et bordées par la forêt domaniale de Comus (40 Comusiens, 407 ha dont 850 de bois), petit village 13 km à l’ouest de Belcaire, à 1 150 m d’altitude, qui a eu plus de 500 hab. au 19e s.; 130 des 160 logements sont des résidences secondaires; sites du pas de l’Ours (gorges, corniche et belvédère) et de la fontaine de l’Esqueille. Tout près, Camurac (120 Camuracois,1 161 ha dont 364 de bois), à 1 200 m, 10 km OSO de Belcaire, partage avec sa voisine ariégeoise Montaillou une station de ski, qui est ainsi la seule du département de l’Aude, autour du col du Teil (1 627 m); centres d’accueil, dont celui des PEP (Pupilles de l’enseignement public, 200 lits), parapente, un camping (70 places), base de loisirs; la commune a 170 résidences secondaires, soit plus des deux tiers des logements.

Le Rebenty, qui naît sous le col de Pradel et court sur 34 km jusqu’à l’Aude, traverse en gorge tout le canton en direction du NE, offrant de multiples sites pittoresques autour d’Espezel (220 Espézelois, 1 431 ha dont 320 de bois), village de plateau 7 km à l’est de Belcaire, à 900 m, où a été ouvert un musée paysan; 120 résidences secondaires sur 250 logements. La commune a eu 800 hab. au milieu du 19e s.; mais la population est stabilisée depuis 1990.

Plus loin, Belvis (180 Belvisois, 2 361 ha dont 1 335 de bois), 8 km au NE d’Espezel, vers 950 m, a des ruines de son ancien château fort et s’entoure de grands bois; elle avait 900 hab. en 1806, 350 en 1950; un maquis de la résistance s’était organisé dans la forêt de Picaussel. Les gorges sont dominées par le grand plateau calcaire de Sault, très karstifié, riche en grottes et dolines; la commune a 130 résidences secondaires sur 250 logements.

Enfin au SE le canton touche aux gorges de l’Aude, où une petite réserve naturelle a été aménagée à Fontanès-de-Sault, qui n’a plus que 7 habitants (Fontanans) contre 250 au milieu du 19e s. et encore 140 en 1911, pour 529 ha dont 260 de bois; le village est à 910 m d’altitude, à 25 km de Belcaire par de petites routes. La grotte du Teillet, à très belles concrétions, y a été découverte en 1971 à 934 m, mais elle reste fermée, contrairement à celle de l’Aguzou à Mijanès, proche mais en Ariège.