Beynat

1 260 hab. (Beynatois), 3 484 ha dont 1 368 de bois, chef-lieu de canton du département de la Corrèze dans l’arrondissement de Brive-la-Gaillarde, 21 km ESE de Brive sur la route d’Argentat, à 420 m. La bourgade occupe un promontoire du plateau granitique dominant la petite vallée de la Rouanne, affluent de la Corrèze, et dispose d’un collège public; l’habitat de la commune est très dispersé; le dolmen de la Cabane de la Fée se voit au nord; étang du Miel avec base de loisirs à l'est. La population communale avait atteint 2 100 hab. en 1891; elle a diminué ensuite jusqu’en 1990, et a gagné 80 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du canton de Beynat correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 3 500 hab. (3 300 en 1999), 7 communes, 11 011 ha dont 4 053 de bois; il s’étend principalement sur le plateau ancien, au sud de la vallée de la Corrèze, mais sa partie occidentale, à Lanteuil (520 Lanteuillois, 2 247 ha dont 880 de bois), est dans les collines du bassin de Brive; château des 15e-16e s. au village, qui est dans la vallée de la Roanne, affluent de gauche de la Corrèze. Albignac (260 Albignacois, 974 ha dont 221 de bois), au-dessus de Lanteuil au nord, a un clocher classé du 12e s.

Au nord, la commune d’Aubazines (840 Aubazinois, 1 410 ha dont 553 de bois), 13 km à l’est de Brive, est la plus touristique en raison de son site, accidenté au nord par l’encaissement de la Corrèze, au sud par celui du ravin du Coiroux, avec gorges et cascades (saut de la Bergère). Le monastère cistercien d’Obazine y avait succédé à un ermitage, et s’était doublé d’un monastère de femmes 600 m plus loin; ce dernier est ruiné, et le premier, attribué aux femmes en 1860, a rouvert en 1965; grande église abbatiale et cloître. Au NE, sur une butte, le puy de Pauliac a un cromlech, et offre une large vue (table d’orientation). Juste à l’est, l’étang d’Aubazines a fixé un golf et la base de loisirs du Coiroux; parc d'attractions Mayaventure (20 sal.). L’ensemble est qualifié de «petite cité de caractère». La population communale, qui est toujors restée inférieure à 1 000 hab., remonte depuis 1975 et a gagné 90 hab. après 1999.