Bligny-sur-Ouche

860 hab. (Bélinéens), 2 799 ha dont 1 329 de bois, chef-lieu de canton de la Côte-d’Or dans l’arrondissement de Beaune, 20 km au NO de Beaune. Le village se glisse au fond de la haute vallée de l’Ouche, qui prend sa source à 6 km au sud. Il eut des tisserands, et 1 500 hab. en 1851; il était sur le trajet du très vénérable chemin de fer minier, construit de 1829 à 1835, qui allait d’Épinac au canal de Bourgogne; on y a conservé un tronçon de voie de 7 km entre Bligny et le Pont-d’Ouche sur le canal, où circule l’été un train à vapeur pour touristes; un collège public. Le nombre d’habitants a peu changé depuis 1960, autour de 750; la commune a toutefois gagné 90 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du canton de Bligny-sur-Ouche correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 2 900 hab., 22 communes, 21 842 ha dont 7 865 de bois; il avait 4 200 hab. en 1936 et s’est dépeuplé continûment jusqu'en 1999, mais a gagné 300 hab. depuis. De 400 m d’altitude à l’ouest, où se prolonge la dépression de l’Auxois, il passe à 500 m autour de Bligny, sur le gradin du plateau jurassique, et dépasse 600 m à l’est dans la Montagne bourguignonne. Il est traversé du NO au SE par l’autoroute A 6, mais sans accès. Au nord, il va au-delà du canal de Bourgogne, jusqu’au voisinage de Commarin.

À La Bussière-sur-Ouche (160 hab., 2 065 ha dont 1 017 de bois), 16 km NNE de Bligny, une abbaye cistercienne apparue en 1130 est encore en activité, avec des jardins ouverts à la visite et l' hôtel du Château de la Bussière, 35 sal.; peinture Antarès (20 sal.); la commune a perdu 40 hab. après 1999. Painblanc (170 Pratemblenois, 915 ha), 7 km au NO de Bligny, est sur un promontoire du plateau qui domine la dépression de l’Auxois. Thorey-sur-Ouche (150 hab., 1 203 ha dont 435 de bois), 5 km au nord du chef-lieu, a une scierie et fabrique de charpentes Cofreco (25 sal.); aire de repos de la Garenne sur l'A 6, chemin de fer touristique.