Boën

3 200 hab. (Boënnais), 600 ha, chef-lieu de canton du département de la Loire dans l'arrondissement de Montbrison, 18 km au NNO de Montbrison au pied des monts du Forez à 410 m, au débouché de la vallée du Lignon. La ville est sur l'axe de circulation traditionnel de Clermont-Ferrand et Thiers vers Lyon, équipé de la N 89 et d'une voie ferrée, mais l'autoroute passe loin au nord. Boën a deux ateliers de métallerie: SBS (Spécial Brides Service) fabrique des brides métalliques (95 sal., groupe Genoyer), Rouleaux Pack des rouleaux de manutention (75 sal.); meubles PL (20 sal.), tricotage Marcous Lafay (20 sal.), supermarchés Intermarché (35 sal.) et Atac (30 sal.). Le grand et sévère château de Boën, ou Chabert, a été construit au 18e s. sur une base fortifiée du 14e ; il abrite un musée de la vigne. Boën a un hôpital local, un collège et un lycée publics.

Le canton a 11 200 hab., 18 communes, 22 108 ha dont 4 489 de bois; il se partage entre montagne et plaine du Forez, celle-ci abondant en étangs; on y cultive 160 ha de vignes. La communauté de communes du pays d'Astrée lui correspond exactement et siège au chef-lieu. La montagne au NO de Boën est profondément entaillée par la vallée de l'Anzon, qui rejoint le Lignon peu avant Boën, et par où se glisse l'axe de circulation. Saint-Sixte (590 hab., 1 535 ha dont 348 de bois) sur le plateau à 607 m, 4 km au NO du chef-lieu, a une serrurerie-quincaillerie (Bourg, 55 sal.).

Au sud de Boën à 4 km, Marcoux (580 Marcousats, 1 530 ha dont 750 de bois) sur le talus bordier des monts du Forez, à 500 m, conserve le château de Goutelas, issu du 13e s. et transformé au 16e, récemment restauré; matériel agricole CK (45 sal.). La commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2005; elle avait eu 900 hab. dans les années 1850, 450 en 1968. Plus au sud à 2 km, la volerie du Forez a été aménagée pour les oiseaux de proie au château de Marcilly-le-Châtel (1 000 Marcillois, 1 632 ha dont 310 de bois); maçonnerie Demars (40 sal.); Marcilly a gagné 160 hab. de 1999 à 2004. Pralong (680 Pralonais, 803 ha), 4 km au sud, a des ateliers de plastiques (Plastibaie, 40 sal.) et de métallerie (CMP, 25 sal.). Sa population croît aussi; elle avait 300 hab. en 1962 et a gagné 130 hab. de 1999 à 2005 (20%).

C'est sur le territoire de Saint-Étienne-le-Molard (760 hab., 1 655 ha dont 300 de bois), 6 km à l'est de Boën sur la rive gauche du Lignon, que se dresse le château renaissance de la Bastie d'Urfé, avec galeries à l'italienne, équipé en musée et assorti d'un parc de loisirs et de beaux jardins; il s'y tient chaque année un festival des utopies. La commune a gagné 120 hab. de 1999 à 2005. Juste au sud, Montverdun (770 hab., 1 652 ha dont 325 de bois), 7 km ESE de Boën, est un village agréable avec vue étendue et restes d'un prieuré; la commune est bordée au nord par la vallée boisée du Lignon et mord au sud sur la butte volcanique d'Uzore; transports par autocars Rochette-Plaine (55 sal.), transports de fret Gonin (25 sal.). Montverdun a gagné 190 hab. de 1999 à 2006 (+25%). Sainte-Agathe-la-Bouteresse (830 Saint-Agathois, 1 175 ha), entre Boën et Saint-Étienne, a une maroquinerie Thévenon (40 sal.) et un autre atelier de tricotages Marcoux-Lafay (30 sal.); sa population augmente lentement depuis la guerre (+45 hab. de 1999 à 2004).

Le nord du canton dans la plaine est divisé en trois communes où abondent les étangs. Les plus grands sont ceux de Totte et d'Ormaie, dans la commune de Sainte-Foy-Saint-Sulpice (370 Fidésiens, 1 912 ha dont 628 de bois) dont le village est à 12 km ENE de Boën et dont le finage conserve de nombreux bois, dont celui de Clurieux. Arthun (470 Arthunois, 1 388 ha) est à 5 km au NNE de Boën au pied des reliefs; château de Beauvoir (18e s.). Bussy-Albiaux (460 hab., 1 965 ha), 2 km plus au nord dans la même situation, accueille un atelier de mécanique (SCG, 25 sal.)


Boën (le)

r., v. Saint-Just-en-Chevalet