Bois-Guillaume

13 300 hab. (Bois-Guillaumais) dont 370 à part, 885 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Rouen, sur le plateau au NNE de la métropole, dont elle est limitrophe. Le nom lui viendrait de la mère de Guillaume le Conquérant, qui y avait une demeure. Le finage est traversé par la rocade nord de Rouen, avec accès à l’A 28, et s’organise de part et d’autre de la rectiligne route de Naufchâtel-en-Bray. Vers le nord-ouest, ont été installés une Cité de l’Agriculture, un Technoparc et un centre commercial, les parcs d’activité de la Bretèque et Espace Leader proches du parc de la Vatine de Mont-Saint-Aignan. Au sud-ouest, est conservé le bois du mont Fortin qui domine Rouen; vers l’est a été aménagé un parc sortif des Cosmonautes.

La ville a reçu de nombreux bureaux, notamment d’assurances et de services: siège régional du Crédit Agricole (2 000 sal. annoncés), Caisse d’Épargne (240 et 115 sal.); centre d'appels des assurances Nexx (170 sal.); Bureau Veritas (100 sal.), comptabilité KPMG (50 sal.), Laîné (45 sal.), 1stExpertise (30 sal.); crédit Domofinance (50 sal.); ascenseurs Otis (80 sal.) et installations électriques Duval (55 sal.), ingénierie Sogetri (140 sal.) et informatique Sogeti Régions (95 sal.) et Sogeti France (85 sal.); contrôle technique Socotec (35 sal.); menuiserie métallique Le prêtre (40 sal.); aide à domicile Domicité (30 sal.).

Bois-Guillaume enregistre aussi les gardiennages Securitas (160 sal.), Loomis (100 sal.) et Atlas (30 sal.), le nettoyage GSF Neptune (180 sal.); négoces d’équipements de bureau Quadria (45 sal.), d’équipements industriels Lechevalier (50 sal.), de produits de pharmacie D2P (30 sal.), vente par automates Selecta (70 sal.); deux supermarchés Carrefour (70 et 25 sal.). L’industrie ne compte guère que la menuiserie métallique Leprêtre (35 sal.) et quelques plus petits ateliers. La Safer de Haute-Normandie a 30 employés.

La commune a cédé le territoire de Bihorel en 1892; elle avait alors déjà 5 500 hab. Elle est passée à 6 900 en 1954 et croît régulièrement depuis; elle a gagné 1 100 hab. entre 1999 et 2008. Elle a un collège public, un centre hospitalier régional de plus de 400 lits et un centre de rééducation, un institut médico-éducatif, les cliniques du Cèdre (370 sal., 140 lits) et Saint-Antoine (65 sal., 50 lits), les maisons de retraite la Boiseraie (60 sal.) et Saint-Antoine (25 sal.). La municipalité a une majorité de droite, dirigée par René Seille (UMP), retraité. Le canton a 23 900 hab. (23 300 en 1999), 3 communes, 1 956 ha dont 71 de bois; les deux autres communes sont Bihorel et Isneauville.