Bolbec

11 900 hab. (Bolbécais), 1 224 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement du Havre, 28 km ENE de la ville; le centre demeure dans la vallée encaissée du ru de Bolbec, à la traversée de la N 15, mais l’agglomération a largement débordé sur le plateau de Caux. La ville avait déjà 7 000 hab. en 1820, 12 000 en 1886, et n’a guère changé de niveau depuis: un peu plus de 10 000 dans les années 1930, autour de 12 000 depuis 1965. Elle a un collège, un lycée général et un lycée professionnel publics, un collège privé; un hôpital local (7 lits) et un institut médical spécialisé. Elle partage une Chambre de commerce et d’industrie avec Lillebonne. La ville est fleurie (3 fleurs), a restauré quelques moulins à eau, et ses ruelles ont beaucoup de charme. Un musée du textile rappelle sa spécialité d’indiennes imprimées; la dernière usine a fermé en 1956. La gare est en dehors de la ville.

Deux grosses entreprises dominaient l’activité industrielle. Oril (620 sal.) est une fabrique de médicaments du groupe Servier, 620 sal.); mais Cooper Standard Automotive (joints en caoutchouc pour automobiles, 360 sal.) a annoncé sa fermeture en 2011. Bolbec a aussi (mais en partie à Gruchet-la-Valasse, commune voisine), une laiterie du groupe Senoble (130 sal.) et de petits ateliers, dont les menuiseries Paumelle (45 sal.), Métal Concept (30 sal.) et Batistyl (20 sal.), le matériel agricole Orenge (30 sal.). Parmi les activités de bâtiment et de services, figurent les travaux publics Tinel (110 sal.) et Cana (45 sal.), les installations électriques Forlumen (35 sal.), les montages de structures Soprovise (55 sal.) et SFD (35 sal.); peinture Bretelle (20 sal.), espaces verts Maugard (25 sal.), de Beaunay (20 sal.). Bolbec est desservie par un hypermarché Carrefour (180 sal., à Gruchet) et un Intermarché (45 sal.), un Brucomarché (25 sal.); comptabilité Socogere (20 sal.), ingénierie Detim (20 sal.); transports Larchevêque (20 sal.). L’unité urbaine serait de 16 500 hab., comme l’aire urbaine…

Le canton a 24 200 hab. (24 500 en 1999), 16 communes, 12 626 ha dont 1 311 de bois et forme la communauté de communes du canton de Bolbec, qui siège au chef-lieu; il s’étend sur le plateau de Caux, très accidenté au sud par les vallons encaissés du ru de Bolbec et de petits affluents. C’est dans cet environnement que se trouve l’abbaye du Valasse, à Gruchet-le-Valasse. Sur le plateau, Beuzevillette (720 Beuzevillettais, 563 ha), 5 km à l’est de Bolbec, s’orne du château du Feugrès, de brique et pierre, et a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Lintot (470 Lintotais, 800 ha), 3 km plus loin, en a gagné 50; elle a un atelier d’installation de laboratoires (Normalab, belge, 35 sal.). À Trouville (610 Trouvillais, 1 038 ha), 11 km à l’est de Bolbec, qui a gagné 40 hab. dans la même période, la jardinerie Desjardins (50 sal.) est au hameau d’Alliquerville sur la N 15.

Bolleville (540 Bollevillais, 973 ha), 8 km ENE de Bolbec, a un château du 17e s., œuvre de Mansart, en brique et pierre. Bernières (660 Berniérois, 663 ha), 8 km au nord de Bolbec, expose le château de Durdan, doté d’un grand parc, et deux manoirs à pans de bois du 16e s.; la population communale s'est accrue d'une centaine d'habitants après 1999. Un autre château de belle taille, Baclair, fin 16e-début du 17e s., remanié au 19e, également de brique et pierre blanche, s’isole à Nointot (1 320 Nointotais, 600 ha), 4 km au NNO de Bolbec; dans la même commune, le château de la Houssaye, plus strict mais de même matériau, abrite un centre d’accueil d’handicapés et a gagné 220 hab. de 1999 à 2008. Saint-Eustache-la-Forêt (1 100 Saint-Eustachais, 659 ha), 3 km SSO de Bolbec, s'orne des châteaux du Val d’Arques (Louis XIII, en brique, silex et pierre) et de la Petite-Croix (Louis XVI), mais aurait perdu uen centaine d'habitants depuis 1999.