Bondues

10 100 hab. (Bonduois) dont 240 à part, 1 305 ha, commune du département du Nord dans le canton de Marcq-en-Barœul, juste à l'ouest de celle-ci et 10 km au nord de Lille, sur la N 17. Elle s'orne des châteaux de la Vigne (1666) et du Vert-Bois (1743), dotés de parcs. Le premier accompagne le golf de Bondues, qui offre deux fois 18 trous. Le second, dont le parc est de 60 ha, abrite depuis 1975 dans son ancienne ferme une fondation Prouvost (galerie Septentrion et Village des métiers d'art). Le fort Lobau de Bondues (1880), qui a moins servi à l'armée française qu'à l'allemande aux cours des deux guerres du 20e siècle, et qui a été en grande partie détruit en 1944, est devenu un musée de la Résistance.

Bondues a un collège public et un privé, un lycée privé; maison de retraite, maison d'accueil spécialisée. Son territoire accueille deux éoliennes (800 kW). Un aérodrome de loisirs est au sud de la commune, partagé avec Marcq-en-Barœul; ouvert en1938 comme aérodrome militaire, il est doté de deux pistes gazonnées de 850 m et utilisé par l'aéroclub de Lille-Bondues et par une école de parachutisme.

La principale usine est la confiserie-chocolaterie Lamy Lutti (550 sal.), qui produit 40 000 t par an et qui est devenue la filiale d’un fonds d’investissement néerlandais après cinq changements de propriétaires en huit ans, parmi lesquels Campbell Soup et Axa. Les autres établissements industriels sont des fabriquse de margarine (Industrielle de Bondues, 60 sal.), d’équipements de contrôle France Log (40 sal.), de billards Toulet (30 sal.). Bondues se signale aussi par un ensemble d’entreprises des arts graphiques : imprimeries Publi-Screen (65 sal.), Jean Bernard (35 sal.) et du Centre (groupe GS, 40 sal.) ; reliure Nord Façonnage (30 sal.) et Technofa (25 sal.), imprimerie-cartonnages Pastour (30 sal.),.

Dans les services et commerces, figurent des magasins comme Carrefour (60 sal.) et Castorama (120 sal.), des négoces de quincaillerie Masson (45 sal.) et Optimavente (30 sal.), de produits alimentaires Vandenbulcke (50 sal.), de fournitures Orexad (30 sal.), d'instruments de musique Euroguitar (30 sal.) ; location de linge Sdez (50 sal.) ; installations électriques Portalp (40 sal.), maçonnerie Decottegnie (40 sal.) ; nettoyage de la Régionale de Propreté (30 sal.) ; transports Delfly (45 sal.); ingénierie Paredes (65 sal.), gardiennage Stanley (55 sal.). La ville est également le siège du groupe de cyclisme Cofidis Compétition (55 sal.).

Bondues avait 2 500 hab. au début du 19e s., 3 100 à la fin; après un léger tassement à la suite de la guerre de 1914-1918, elle a repris une croissance qui s'est accélérée après 1970, dépassant les 10 000 hab. en 1988. Mais elle a officiellement perdu 700 hab. de 1999 et 2010. La commune attire notamment en périphérie des ménages à revenus élevés, cadres et professions libérales de Lille et de Tourcoing. Selon le maire Patrick Delebarre (UMP), «Bondues est au départ une commune agricole où certains ont décidé, dans les années soixante, d'y loger les cadres du textile, et ça répondait aussi à un besoin» (La Voix du Nord, 26 septembre 2008); ce qui contribue à expliquer le faible nombre de logements sociaux dans la commune (8%) et l'orientation politique de la municipalité, ainsi d'ailleurs que les votes aux élections présidentielles (82% pour Sarkozy).