Bonneval-sur-Arc

250 hab. (Bonnevalains), 8 272 ha dont seulement 11 ha de bois, commune du département de la Savoie dans le canton de Lanslebourg-Mont-Cenis. Elle est la dernière de la Maurienne, aux sources de l'Arc; c'est aussi la commune la plus orientale du département et de toute la région Rhône-Alpes. Le village, à 1 835 m, est à 20 km en amont de Lanslebourg, au NE. Au-delà, la route emprunte vers le nord le profond vallon de la Lenta et grimpe jusqu'au col de l'Iseran (2 764 m) qui donne accès à Val-d'Isère et à la Tarentaise. Le col est dominé à l'ouest par la pointe des Lessières (3 041 m). À l'est du col, se dresse l'aiguille Pers au-dessus des glaciers du Grand Pisaillas et des Montets.

La Grande Aiguille Rousse (3 482 m) marque le passage de la frontière, que la limite communale suit vers l'est jusqu'à la Levanna (3 619 m), puis vers le sud jusqu'à la Ciamarella (3 549 m). L'Albaron, un peu en avant de la frontière, est le point culminant de la commune, à 3 637 m. Toute une série de glaciers collent à la crête frontière: ceux des Sources de l'Arc, du Mulinet, du Grand Méan, et le grand glacier des Évettes entre Ciamarella et Albaron; la crête entre Bonneval et Bessens s'orne des glaciers du Grand Fond et du Vallonnet. Au-dessus du village en adret, la commune monte au glacier des Roches et à la pointe de Méan Martin. De beaux lacs et le refuge du Caro sont sous la Grande Aiguille Rousse, le refuge des Évettes est face au glacier de même nom.

Le village a conservé de belles maisons traditionnelles et il est réputé pour avoir su maintenir un cachet d'authenticité en station familiale; il conserve plusieurs éléments patrimoniaux, dont des chapelles, un oratoire et un vieux pont. Mais pour cela aussi il est très fréquenté. Le ski alpin se pratique près du village en ubac, et aux environs du col de l'Iseran; la commune totalise 19 pistes et 11 remontées et comptait 410 résidences secondaires pour 100 résidences principales en 2006. Le village a une petite centrale électrique et un refuge. Toute la partie nord de la commune en adret est dans le Parc de la Vanoise, à l'exception de la station de l'Iseran. La mention «sur Arc» date de 1899. La population a culminé à 420 hab. en 1846 et le minimum a été observé en 1962 (130 hab.); le nombre d'habitants n'a pas changé de 1999 à 2006.