Bormes-les-Mimosas

6 400 hab. (Borméens), 9 732 ha dont 7 800 de bois, commune du département du Var dans le canton de Collobrières, 36 km à l'est de Toulon. Le nom de Bormes est hérité d'une tribu ligure des Bormani. Le vieux village est perché à 4 km de la mer (à vol d'oiseau) et offre sous les ruines du château de Fos (ou Fox) un dédale de ruelles pittoresques, maisons anciennes et plusieurs chapelles, un musée d'arts et d'histoire; il est dominé par une butte montant à 315 m d'où l'on découvre un vaste panorama, et la chapelle mariale de Constance (collection de vitraux). Au pied s'étend une petite plaine triangulaire, drainée par le Batailler, qui s'élargit vers la côte au sud-est et que Bormes partage avec Le Lavandou. Le port de Bormes (1 000 places sur 7 ha) et la station balnéaire sont au sud de la plaine, face à l'est à partir de la Favière.

Au sud de la plaine s'allonge du NO au SE sur 8 km un petit massif détaché des Maures, qui se termine par le cap Bénat. Celui-ci porte un phare de 1895 à 62 m au-dessus du niveau marin. Du port de Bormes au cap, la côte orientale est peuplée de villas autour de la baie du Gau. Le cap est surmonté par les ruines du château de Bénat et par le lotissement de villas des Fourches, qui monte à 204 m. Au sud-ouest du massif s'ouvre une petite plaine viticole, dont le littoral est peu fréquenté; le rivage y est accidenté par le cap de Léoube et le cap de Brégançon; celui-ci est connu pour son fort, juché sur un îlot au bout du cap et relié au rivage par une petite route, qui sert depuis 1968 de résidence estivale d'appoint à la Présidence de la République; originaire du 11e s., il fut refait en 1793, et aménagé à partir de 1968 par P.-J. Guth.

Plus à l'ouest, les îlots du Jardin, de l'Estagnol et de Léoube sont proches de la côte, qui offre toute une série de petites plages, principalement celles de Cabassol, de l'Estagnol et du Pellegrin; les châteaux de Léoube et de Brégançon sont un peu à l'intérieur. Le massif contient deux lacs de barrage, un petit près du Pas de la Griotte, où une petite route franchit le massif, l'autre sur 70 ha tout au nord-ouest à la limite de la commune, derrière le barrage de Trapan construit en 1969 dans la vallée du Pellegrin par la société du Canal de Provence, et qui retient 2 Mm3. Le finage de Bormes s'étend loin vers le nord-est dans le massif des Maures, où il sépare les communes de Collobrières et du Lavandou puisqu'il va, au nord-est, jusqu'aux abords de La Môle. Une route fréquentée (N 98) permet d'éviter le littoral en passant par le col de Gratteloup (arboretum) au nord de Bormes et en suivant une grande dépression où coulent en sens opposés le Gratteloup vers l'ouest, le ruisseau des Campeaux, affluent de la Môle, vers l'est, où le domaine viticole des Campeaux occupe 160 ha et offre lac, jardins et hébergement.

La ville de Bormes a un collège public, une fabrique d'instruments de musique Vandoren (190 sal., anches et becs), un supermarché Casino (30 sal.), une douzaine de campings dont celui de la Favière (1 200 places, 50 sal.); travaux publics Sottal (45 sal.). On cultive dans la commune 419 ha de vignes et Bormes a balisé une «route des vins» reliant une douzaine de domaines; cave coopérative. Bormes a choisi d'évoquer les Mimosas en 1968 et s'est voulue point extrême de la Route d'Or… La population communale a augmenté lentement jusqu'en 1886 (2 200 hab.), puis stagné avant un nouvel élan entre 1906 et 1911 (2 700 hab.). Ensuite, Bormes a cédé le territoire du Lavandou en 1913. Elle avait 1 500 hab. dans les années 1920 et le nombre de ses habitants croît régulièrement depuis, passant les 3 000 hab. en 1975, les 5 000 en 1990. Bormes a également 5 900 résidences secondaires (1999) et 3 000 places de camping, près de 300 chambres d'hôtel et plusieurs villages de vacances.