Boucau

7 800 hab. (Boucalais), 582 ha dont 200 de bois, commune des Pyrénées-Atlantiques dans le canton de Bayonne-Nord, limitrophe des Landes, au nord et en aval de l'agglomération de Bayonne et la seule du département à être sur la rive droite de l'Adour. Elle a abrité des forges entre 1881 et les années 1970. Il reste un petit port et une usine d'engrais et pesticides Saint-Gobain, passée à Reno (ex-Fertiladour), du groupe Roullier de Saint-Malo, et qui utilise des métaux dangereux; très gros silos Maïsica pour l'exportation de maïs (1 Mt/an), avec port spécialisé; Shell a des réservoirs (150 sal.).

En 1996 s'est installée la nouvelle aciérie littorale dite de l'Atlantique, d'une capacité de 1 Mt/an (250 personnes), à la firme espagnole Marcial Ucin intégrée à Acerelia (groupe Arcelor), puis passée à l'espagnol Añon en 2004. Elle prenait la suite d'une assez longue tradition sidérurgique locale (les Forges de l'Adour avaient produit de 1881 à 1965) et elle assure le premier trafic du port dit de Bayonne: plus d'un million de tonnes par an, par importation de ferrailles et exportation de boulettes d'acier.

L'urbanisation est en continuité avec celle de Tarnos (Landes), dont le finage entoure celui du Boucau; un collège, un institut pour enfants. Le nom de la commune évoque la «bouche» de l'Adour, qui s'est fixée en ces lieux en 1578 seulement, mais l'ancien nom était Puncta, la pointe. La population de Boucau était de 5 000 hab. entre 1900 et 1950, puis est montée à 6 000 en 1975 (sdc), et croît depuis; elle a gagné 630 hab. de 1999 à 2008. Le territoire communal est limité à l'est par la N 10, au bord de laquelle sont quelques entreprises. L'habitat s'éparpille en lotissements sur les collines et le long du port.