Bouglon

600 hab. (Bouglonnais), 1 392 ha dont 327 de bois, chef-lieu de canton du Lot-et-Garonne dans l’arrondissement de Marmande, 16 km au sud de la ville, 8 km au nord de Casteljaloux; le village se perche sur une butte et conserve une église romane. Au pied, le Clavier et Saint-Picau forment un hameau de vallée au bord de la route et de l'ancienne gare. Sa population se maintenait tout juste depuis les années 1920, mais elle a gagné 50 habitants entre 1999 et 2008. L'ancienne communauté de communes de Bouglon s'est fondue dans la communauté de communes des Coteaux et des Landes de Gascogne (24 communes, 6 700 hab.).

Le canton, limitrophe de la Gironde, a 3 000 hab. et 10 communes pour 12 560 ha (3 388 de bois) et se tient en entier dans les basses collines polyculturales du Queyran, où l’habitat se disperse; quelques petits lacs collinaires. La vallée de l’Avance, qui conflue avec la Garonne juste en aval de Marmande, lui sert d’axe sud-nord, avec la route et la voie ferrée de Marmande à Casteljaloux. Sa limite méridionale approche de la forêt landaise sans l’atteindre. Argenton (310 hab., 1 214 ha dont 477 de bois) est juste au pied de Bouglon de l'autre côté du ruisseau d'Argenton qui vient de l'ouest, a une égise inscrite du 12e s., et son finage s'étend vers l'ouest. Elle a eu 680 hab. en 1846, et un minimum de 260 de 1980 à 1999. Guérin (250 hab., 1 043 ha dont 226 de bois) aligne quelques maisons sur la crête au nord-ouest de Bouglon, au-dessus d'un lac de barrage; église inscrite à clocher-mur du 13e s., maçonnerie De Morenzo (25 sal.).

Romestaing (180 hab., 1 546 ha dont 549 de bois) forme une extension du canton à l'ouest; son petit village couronne une butte et son église est inscrite; château de Bonneau un peu au nord. La commune a eu 570 hab. autour de 1860, 150 en 1999. Ruffiac (170 hab., 1 284 ha) n'a qu'un minuscule village de colline 8 km au sud-ouest du chef-lieu. Le village d'Antagnac (220 hab., 931 ha dont 400 de bois) au sud-ouest est un peu plus étoffé, à la faveur de la route de Bazas, mais toute la partie occidentale de la commune est dans la forêt landaise (Landes du Maçon). Ruffiac et Antagnac avaient fusionné en 1972, mais se sont séparées en 2001… Poussignac (280 hab., 1 302 ha dont 615 de bois) au sud, n'a pas de village-centre, tout juste quelques maisons avec l'école et la mairie; petit centre de loisirs au sud. La commune n'avait que 170 hab. en 1975 (450 en 1831).

À l'est de l'Avance, l'habitat est encore plus dispersé. Labastide-Castel-Amouroux (330 hab., 1 195 ha dont 202 de bois) occupe le sud-est, le petit hameau de Veyrie lui sert de centre; château de Lacaze (17e et 19e s., inscrit). Le minimum de peuplement est ici de 1968 (240 hab.). La commune résulte d'une réorganisation de 1879, qui vit Sainte-Gemme-Martaillac (340 hab., 1 400 ha) acquérir son indépendance avec 540 hab. Cette commune dissémine ses maisons à l'est; le hameau de Badas y a une position un peu centrale, au-dessus d'un lac collinaire; un groupe de serres apparaît au nord-est.

Grézet-Cavagnan (360 hab., 1 255 ha dont 325 de bois), issue d'une fusion de 1840, occupe le nord-est en se partageant entre les collines à l'est et la plaine éargie de l'Avance à l'ouest. Le hameau central est au pied des collines; Cavagnan ne figure guère au sud-ouest que sous la forme d'un château; son voisin le château de Malvirade est du 17e s. (inscrit). La commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; elle en avait eu 600 en 1866. Elle est le siège de la communauté de communes des Coteaux et des Landes de Gascogne.