Boulay-Moselle

4 930 hab. (Boulageois), 1 955 ha, sous-préfecture de la Moselle, 27 km à l’ENE de Metz au bord du Mulenbach (ou Muehlenbach), petit affluent de droite de la Nied. C’est une ancienne place forte, mais qui ne garde que quelques ruines anciennes et qui a été très atteinte lors de la dernière guerre; la petite forêt de Buchwald s’étend au sud de la commune. Sur les hauteurs au-dessus, ont été installés en 2007 et 2008 trois parcs de 4 éoliennes (10 MW) chacun, Buchfeld (groupe Iberdrola), les Moulins de Boulay (Poweo) et Welling (Boreas); ils forment deux grands arcs parallèles de six éoliennes chacun à l'est de la ville.

Boulay a un collège public, un hôpital de 20 lits, un institut médico-éducatif; Intermarché (50 sal.) et supermarché U (50 sal.). La commune s’appelle Bolchin en platt (francique) et fut Bolchen pendant la période allemande. Elle a absorbé en 1972, au sud, le village de Halling-lès-Boulay, qui n’avait que 45 hab.; la population communale a presque atteint 3 000 hab. en 1861, s’est abaissée à 2 100 en 1896 et vers 1925, et a augmenté ensuite jusqu’en 1990, puis encore de 430 hab. entre 1999 et 2008.

La ville est à la fois un centre tertiaire et un centre industriel; mais la principale usine, la fabrique de meubles Welle (allemand, 420 sal. avant 2005) a fortement réduit ses effectifs puis a été reprise par Alsapan (140 sal.) pour la fabrication de panneaux de bois; de ce fait elle est dépassée par les appareillages électriques SIB-ADR (Société industrielle de Boulay, accessoires de dérivation et raccordement, 180 sal.). S'y ajoutent des ateliers de chaînes Zimmermann (30 sal.), de machines de travaux publics Euroliners (25 sal.); imprimerie Léon Louis (20 sal.); négoce et découpe de volailles et gibiers Volador (25 sal.); nettoyage JD Travaux (30 sal.). L’entreprise de travaux publics défaillante Muller a eu jusqu’à 800 salariés; ce qui reste a été repris par Sogea (65 sal.).

L’arrondissement a 78 100 hab. (74 600 en 1999), 3 cantons, 96 communes, 72 236 ha. Le canton a 20 100 hab. (18 100 en 1999), 33 communes, 23 545 ha dont 3 310 de bois; il se déploie sur le plateau lorrain entre la côte de la Canner et le Warndt, et il est traversé par la vallée de la Nied. L’autoroute de l’Est (A 4) passe dans sa partie méridionale. À l’extrême nord, la commune de Piblange (920 Piblangeois, 959 ha), 12 km au NNO du chef-lieu, est au pied de la côte de la Canner et inclut le hameau de Bockange, qui était un élément de la ligne Maginot; elle a gagné 200 hab. de 1999 à 2008. Un autre élément est juste à l’est dans la commune de Gomelange (550 Gomelangeois, 940 ha dont 231 de bois), sur la rive gauche de la Nied, qui a gagné 140 hab. dans le même temps (plus d'un tiers).

Ottonville (410 Ottonvillois, 1 571 ha dont 335 de bois), 7 km au NE de Boulay, englobe le grand bois d’Ottonville. Denting (210 Dentingeois, 967 ha), 4 km ENE de Boulay, inclut au SE le terrain militaire du village du Ban Saint-Jean, lui aussi ancien élément de la ligne de défense. Coume (670 Coumois, 1 490 ha dont 355 de bois) est à 8 km ENE de Boulay et dispose d'un assez large finage de plateau, bordé au sud par le bois de Coumes, où se déploie un autre terrain de manœuvre; la commune a gagné 80 hab. de 1999 à 2008.

Momerstroff (280 Momestroffois, 617 ha), 5 km au sud-est de Boulay, a reçu en 2006 un parc de 5 éoliennes (11,5 MW, groupe Eolec) au sud-ouest, sur la colline du Bruehberg (374 m); sa population s'est accrue de 60 hab. depuis 1999. Juste au sud, Narbéfontaine (120 hab., 358 ha) est, à la tête d'un vallon qui descend au sdu-ouest vers la Nied Allemande, sur le tracé d'une ancienne voie romaine est-ouest; aire de repos de l'A 4 au sud.

Au sud-ouest du canton, Condé-Northen (600 hab., 1 092 ha), comme l’indique la première partie de son nom, est au confluent de la Nied française (occidentale) et de la Nied allemande (orientale), qui forment ensemble la Nied tout court; la commune a gagné 60 hab. après 1999; elle se nomma Contchen pendant la période allemande; restauration et traiteur la Grange de Condé (30 sal.). Niedervisse (240 hab., 577 ha), 6 km ESE de Boulay, à la source du Muehlenbach qui descend vers la Nied et passe à Boulay, a une scierie (25 sal.); la commune a gagné 40 hab. de 1999 à 2008; elle accueille depuis 2008 un parc de six éoliennes (12 MW, Poweo et Séchilienne-Sidec); son finage s'étire vers le sud-ouest jusqu'au village même de Narbefontaine et touche au nord au bois de Coumes.

À l’extrémité orientale du canton, le relief s’accidente et se boise; Bisten-en-Lorraine (280 hab., 448 ha), jadis Bisten-im-Loch, est à la source de la Bisten, dans un vallon qui échancre la côte dominant le Warndt. Les villages de Guerting (900 hab., 564 ha) et Varsberg (990 hab., 415 ha) se tassent dans les vallons de la côte du Warndt et Ham-sous-Varsberg, centre local, qui est déjà dans le bassin houiller. Varsberg a gagné 60 hab. de 1999 à 2008. Sur les hauteurs de Téterchen (710 hab., 875 ha), 9 km au NE du chef-lieu, qui a gagné une centaine d'habitants dans le même temps, a été installée en 2004 une batterie de 6 éoliennes (9 MW), qui en fait le plus ancien parc éolien lorrain (2004, ABO Wind-EPR); site archéologique d'Hinter der Mühle (nécropole tumulaire).