Boulou (Le)

5 500 hab. (Boulounencs ou Volonencs), 1 442 ha dont 542 de bois et 136 de vignes, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Céret, 8 km ENE de Céret sur la rive gauche du Tech. Le bourg, El Volò en catalan, et dont le nom vient de la racine bau (muraille de roches), est situé au pied des Albères et du col du Perthus; il est traversé par la N 9 et au bord de l'A 9 (échangeur). Il fut un haut lieu de l'industrie du liège; l'usine Sabaté a été transférée à Céret, mais la fabrique de bouchons Trescases subsiste (40 sal., plus 150 au Portugal), chaudronnerie Boschet (25 sal.).

La ville a des restes de remparts et une tour carrée du 14e s., et entretient un espace des arts (sculptures); la bataille franco-espagnole du 1er mai 1794 y a suscité un musée d'histoire. En 1962 avait été aménagé un grand autoport pour le dédouanement des camions; victime de l'intégration européenne et ayant perdu la plupart de ses 250 emplois en 1993, il a été transformé en distriport, en vue d'attirer des entreprises de transport et des installations logistiques; plusieurs sociétés de transport y travaillent, dont Vaills (40 sal.), Cabaille (35 sal.), Nortrans (25 sal.), Ph. Rey (25 sal.), ainsi qu'un centre de gestion d'autoroutes des ASF (40 sal.); supermarchés Leclerc (90 sal.) et Intermarché (45 sal.) et Bricomarché (25 sal.).

Au sud du bourg, campe le grand établissement d’hydrothérapie de la Chaîne thermale du Soleil (35 sal.) dans un parc de 60 ha, exploitant des eaux froides (16°C) bicarbonatées (circulation, foie), avec un casino de 80 employés du groupe Joa ex-Moliflor (environ 70e en France), redécoré à la Gaudi; maison de convalescence. La population communale est lentement montée au cours du 19e et du 20e siècle, atteignant les 2 000 hab. en 1935, les 4 000 en 1980; elle a encore gagné un millier d'habitants de 1999 à 2009.

Banyuls-dels-Aspres (1 200 Banyulencs, 1 053 ha dont 405 de vignes), 6 km au NE du Boulou, complète celle-ci dans la mesure où elle abrite le Village catalan, une réalisation marchande très fréquentée au bord de la N 9, qui attire les foules de touristes en quête de «souvenirs» à l’entrée ou au retour en France. La commune forme dans le canton de Thuir une quasi-enclave du canton de Céret, dont elle est séparée par le Tech et par une pointe de la commune du Boulou. Son nom évoque un ancien étang, asséché; son qualificatif, adopté pour se différencier du Banyuls de mer, est un peu osé: les Aspres commencent un peu plus à l’ouest; mais Banyuls fait bien partie de la communauté de communes des Aspres avec tout le canton de Thuir, et a une cave coopérative. La commune a gagné 180 hab. de 1999 à 2009.