Bourgueil

4 060 hab. (Bourgueillois), 3 296 ha dont 1 580 de bois, chef-lieu de canton de l'Indre-et-Loire dans l'arrondissement de Chinon, 15 km au nord de Chinon. La ville est située dans le val de Loire, sur le bord interne de la terrasse de rive droite à 5 km du fleuve, que n'atteint pas la limite communale. Celle-ci est bornée au cours de l'Authion, que suit l'autoroute A 85 (échangeur); en revanche, la commune s'étire loin au nord sur le plateau, jusqu'à la limite du département. Bourgueil a conservé quelques restes (15e au 18e s.) de son ancienne abbaye, qui avait été fondée en 987, avec deux beaux jardins et un petit musée; le centre-ville, serré et semi-piétonnier, offre une belle halle. La ville est «station verte de vacances» et accueille un collège public et un collège privé, un hypermarché U (150 sal.) et les Champignonnières chartraines (35 sal.); maison familiale rurale, maison de retraite.

Et Bourgueil est surtout un haut lieu de vignoble, dont les viticulteurs cultivent 393 ha. L'AOC bourgueil, qui date de 1937, est fondée sur le «breton» (cabernet franc), cépage introduit en 1152; elle porte sur 7 communes contiguës et 1 300 ha, 60 000 à 70 000 hl par an, en vin rouge plus corsé sur les sols de tuffeau, plus souple sur les graves. Le vignoble est principalement sur la terrasse caillouteuse, mais monte aussi sur le talus et le plateau turonien qui la dominent. Le bourgueil a sa commanderie, et la ville une Maison des vins depuis 1992, ainsi qu'un musée du Vin et du terroir; un musée Van Oeveren est consacré à l'escrime et au duel. La commune avait déjà 3 500 hab. dans la première moitié du 19e s.; sa population a ensuite diminué peu à peu jusqu'à 2 400 hab. dans les années 1930, avant de reprendre; elle a dépassé les 4 000 hab. en 1980 puis s'est stabilisée, et vient de perdre 170 hab. entre 1999 et 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du pays de Bourgueil, qui rassemble 9 communes et 12 300 hab.

Le canton a 11 800 hab., 8 communes et 22 025 ha dont 8 571 de bois; son territoire était en Anjou avant la création des départements; il est tout entier dans le parc régional Loire-Anjou-Touraine, et le plateau au nord de Bourgueil, en Gâtine tourangelle, est très boisé. Tout au nord, à 13 km de Bourgueil, Gizeux (490 Gizellois, 2 106 ha dont 800 de bois), au bord du Changeon qui descend vers Bourgueil et l'Authion, a un beau château renaissance avec collections de peintures du 17e s., où se tiennent spectacles et animations sur le thème des arts et artisans; quelques tourbières, deux dolmens. Sa voisine de l'est Continvoir (460 Continvoironais, 4 119 ha dont 2 664 de bois) conserve un ancien four à chaux; son finage, parsemé de vergers de pommiers, et qui comprend des étangs, s'étend assez loin vers le sud-est dans les bois de châtaigniers de Gâtine, jusqu'aux Landes de Saint-Martin; il contient un dolmen et l'un des rares cromlechs du département. Ces deux communes ne cultivent pas la vigne.

À l'est de Bourgueil à 3 km, Benais (930 hab., 2 008 ha dont 1 200 de bois) a un finage limité au plateau et à une partie de la terrasse et le village est au pied du coteau; il cultive 270 ha de vigne; le château du 16e s., au village, accueille un centre de vacances de la ville de Boulogne-Billancourt (250 places); église en partie du 12e s. Benais avait atteint 1 600 hab. en 1831 puis sa population avait diminué jusqu'à 1 000 hab. en 1910, 680 en 1975; elle a un peu repris ensuite, gagnant une cinquantaine d'habitants de 1999 à 2008.

Restigné (1 230 Restignons, 2 131 ha dont 647 de bois), 5 km à l'est de Bourgueil, possède une partie du plateau de Gâtine mais le village étale ses maisons sur la terrasse de rive droite de la Loire et son finage se déploie dans le Val jusqu'à l'Authion; on y cultive 568 ha de vignes. L'habitat se déploie principalement près du rebord de la terrasse, où le village est flanqué des hameaux de Lossay à l'est et Fougerolles à l'ouest, mais quelques maisons sont au pied du coteau externe (la Bretêche). La commune s'orne du château de Louy (17e-18e s.) et des manoirs de Brûlon (16e s.) et de la Plâterie (17e et 18e s.), ce dernier restauré et transformé en hôtellerie de luxe avec l'aide du département; elle a une intéressante église classée, en partie du 12e s., des maisons anciennes dont un hôtel du 16e s., kiosque à musique et lavoir, un musée Marc-Mureau de la vigne et du vin. La population avait dépassé les 2000 au 19e s. Elle est à peu près stable depuis 1970

La Chapelle-sur-Loire (1 570 hab., 1 917 ha) est au contraire une commune du rivage du fleuve, dont la plupart des maisons s'alignent tout au long de la principale levée de Loire et dont le finage se tient entre Loire et Authion; aussi n'y cultive-t-on que 29 ha de vignes, le maraîchage prédominant. La commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; elle se nommait jadis La Chapelle-Blanche, et fut Blanche-sur-Loire en 1794; longtemps actif port de Loire, elle a eu plus de 3 500 hab. avant 1840 et a connu son minimum à moins de 1 300 hab. en 1975. Le finage communal s'étend par exception sur la rive gauche de la Loire, sur 7 km de long et au mieux 500 m de large, englobant en partie la Grande Île et, surtout, le confluent de l'Indre et de la Loire, mais ces terres sont inhabitées.

Côté ouest, le canton inclut Chouzé-sur-Loire et Saint-Nicolas-de-Bourgueil (1 260 Saint-Nicolaisiens, 3 645 ha dont 1 300 de bois), qui est juste à l'ouest de Bourgueil sur la terrasse de Loire. Son habitat est fait de multiples hameaux, réunis au moment de la création de la commune pendant la Révolution, où son territoire a été séparé de Bourgueil. Elle dispose d'une AOC viticole propre, depuis 1937, sur 945 ha, surtout en cabernet franc et presque entièrement en rouge (40 000 hl/an), avec une plus forte proportion de vins de graves (et moins de tuffeau) qu'à Bourgueil, donc en général un peu plus légers. Elle a ainsi le plus grand vignoble communal de Touraine. Le finage inclut au nord sur le plateau la forêt de Saint-Nicolas; au sud, sa limite suit la Lane, bras supérieur de l'Authion le plus proche de la Loire, qui vient d'aussi loin que Saint-Michel-sur-Loire (18 km); l'autre bras, le Changeon, qui vient de la Gâtine, suit le pied du coteau depuis Bourgueil. La commune a eu un maximum de population dans les années 1830 (2 100 hab.) et elle a atteint son minimum en 1982 (1 100 hab.); elle n'a que peu gagné depuis (une cinquantaine d'habitants de 1999 à 2008).