Bray-Dunes

4 700 hab. (Bray-Dunois) dont 100 à part, 857 ha, commune du département du Nord dans le canton de Dunkerque-Est, 13 km ENE de Dunkerque. C'est la plus septentrionale des communes françaises, à la frontière belge et sur le littoral de la mer du Nord. Son territoire est limité au sud par le canal de Dunkerque, et s'étend sur 4 km le long de la mer du Nord. Le bourg s'étire à l'abri des dunes, sur lesquelles s'est établie la station de Bray-Dunes-Plage. La réserve naturelle de la dune Marchand s'étend sur 83 ha dans un massif préservé de 108 ha (avec Zuydcoote) et la commune a aussi l'espace protégé des dunes du Perroquet sur 173 ha (Conservatoire du Littoral); le site archéologique de la Maison de la Dune (âge du fer) est à la frontière. La voie ferrée de Dunkerque à la Belgique traverse le finage en arrière des dunes. La limite sud de la commune suit l'axe de la N 1 et du canal de Furne, qui fut achevé en 1638 pour l'évacuation des watergangs des Moëres.

La ville porte le nom d'un armateur dunkerquois, Alphonse Bray (1804-1887), qui réussit à créer au cours des années 1870 une «maison hospitalière» pour vieillards et enfants dans le massif de dunes jusqu'alors rattaché à la commune de Ghyvelde, et à obtenir la création d'une commune en 1883; elle avait 1 200 hab. en 1886. Puis des groupes de propriétaires et la ville d'Hondschoote y ont aménagé une station balnéaire, qui fut même reliée à Hondschoote par voie ferrée de 1903 à 1933.

La station balnéaire enregistre 2 200 résidences secondaires (52% des logements), et offre 1 500 places de camping dans 4 terrains, dont un de luxe (590 places). Bray-Dunes a été très affectée par les deux guerres du 20e siècle et les dunes ont subi un grave raz-de-marée en janvier 1953. La commune a un collège public et un supermarché Carrefour (30 sal.) ; un festival des folklores y est organisé. La population est passée à 2 800 hab. en 1954, et a culminé à 4 800 en 1982. Après un léger creux, elle a gagné 100 hab. de 1999 à 2010.