Breteuil

3 500 hab. (Bretoliens), 2 746 ha dont 1 165 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Eure dans l’arrondissement d’Évreux, 32 km au SO de la préfecture, au bord d’un petit affluent de l’Iton. Elle est considérée comme «station verte de vacances»; ancienne châtellenie, il lui reste un château, occupé par un institut de psychothérapie (60 emplois); un collège public, un hôpital local (8 lits), maison de retraite le Mail (Korian, 45 sal.). Breteuil a fluctué entre 2 000 et 2 500 hab. de 1870 à 1950, puis sa population a augmenté jusqu’en 1975 et s’est à peu près stabilisée depuis, perdant cependant 80 hab. de 1999 à 2008. Le nom est souvent affiché Breteuil-sur-Iton, mais seul Breteuil est officiel.

La ville a un supermarché Carrefour (45 sal.) et quelques ateliers parmi lesquels une forge de ronds à bétons et entretoises FLB (Forges et laminoirs de Breteuil, 70 sal.), les fers à béton Breteuil Armatures (20 sal.), les plastiques Merlet (25 sal., revêtement de métaux), les pièces de caoutchoucsRubber Process ex-Rigal (30 sal.); mais la reliure Diguet-Deny, apparue en 1961, passée successivement par Bernard Tapie, Chevillon (CPI) puis par le groupe Qualibris (J. Lamour), a fini par disparaître en 2008 après plusieurs séries de licenciements.

Le canton a 9 450 hab. (8 900 en 1999), 14 communes, 22 969 ha dont 8 001 de bois; ses communes forment la communauté de communes du canton de Breteuil-sur-Iton, qui siège à Breteuil. Il fut un haut lieu de la ferronnerie, mais il n'en reste guère que les ateliers du chef-lieu.Toute la partie NO est occupée par la grande forêt de Breteuil, qui enferme trois petites communes dans une même clairière: Les Baux-de-Breteuil (650 hab.), 10 km NO de la ville, riche de 1 862 ha de forêt pour une superficie totale de 3 422 ha et qui a une petite fabrique d’emballages plastiques (Pottier, 25 sal.); la minuscule Guernanville (90 hab., 323 ha sans bois) et Sainte-Marguerite-de-l’Autel (480 hab., 2 327 ha dont 1 344 de bois) qui accueille une petite fabrique de parfums (Volnay, 30 sal.). Sainte-Marguerite a gagné 90 hab. de 1999 à 2008, Les Baux-de-Breteuil 60.

La partie méridionale du canton est traversée par l’Iton. Condé-sur-Iton (880 Condiens, 1 958 ha dont 323 de bois), 4 km à l’est de Breteuil, au passage d’une ancienne voie romaine, réunit trois châteaux intéressants: un renaissance du début du 16e s., un classique du milieu du 17e, un moderne de la fin du 19e mais de style Louis XIII, avec un grand parc. Des étangs ornent le fond de la vallée de l'Iton près du village; le finage comprend plusieurs hameaux, dont le Chesnay au nord-ouest traversé par une voie romaine, et, tout au sud au bord de l'Iton, le menhir dit Pierre de la Goue. Sa population s'est accrue de 110 hab. entre 1999 et 2008. Francheville est en amont.

Saint-Nicolas-d’Attez (140 Attesiens, 516 ha), 4 km au sud de Breteuil, a deux fabriquesde plastiques, Cahors (40 sal.) et Créaplast (35 sal.) et de nombreux étangs de gravières en fond de vallée de l'Iton, partagés avec ses voisines de l'ouest Cintray (420 hab., 1 627 ha dont 209 de bois) et de l'est Saint-Ouen-d'Attez (270 Saint-Ouennais, 950 ha). Cintray a une maison de retraite et a gagné 40 hab. après 1999. La Guéroulde (750 Guérouldois, 1 132 ha dont 372 de bois), 4 km au SO de Breteuil, abrite la fabrique de chaînes et articles de quincaillerie Chaubeyre (50 sal.) et a gagné 120 hab. de 1999 à 2008. Bémécourt (470 Bémécourtois, 1 711 ha dont 1 167 de bois), 3 km à l'ouest de Breteuil, accueille la maison de retraite l'Astérina (30 sal.) et son territoire s'étend largement dans la forêt de Breteuil.