Brionne

4 500 hab.(Brionnais) dont 140 à part, 1 677 ha dont 577 de bois, chef-lieu de canton du département de l’Eure dans l’arrondissement de Bernay, 16 km au NE de Bernay au milieu de la vallée de la Risle. Elle fut jadis Breviodurum. Il lui reste sur le coteau les ruines du donjon carré d’une très grande forteresse médiévale du 11e s., d’où l’on a un riche panorama; elle est dotée d’un collège et d’un lycée publics, de magasins Intermarché (40 sal.) et Champion; musée municipal et musée de la poupée; jardin le long de la Risle, dit de Shaftesbury en raison d’un jumelage.

La ville réunit un ensemble substantiel d’industries: Tramico (mousse de polyuréthane, au groupe britannique British Vita, 280 sal.), Ugitech (tréfilerie, 85 sal., groupe Arcelor par Usinor), Compin (sièges pour automobiles, 85 sal., groupe Balloffet), fabrique de peintures et vernis Derivery (25 sal.); transports par cars Keolis (90 sal.). Mais la fabrique de papiers et ouates sanitaires Georgia Pacific (180 sal. en 2005) a fermé en 2008. La population de la commune a augmenté entre 1931 (2 990 hab.) et 1982 (presque 5 000 hab. sdc), mais s’est un peu réduite depuis, et elle a encore perdu 150 hab. entre 1999 et 2008. Brionne est le siège de la communauté de communes rurales du canton de Brionne, qui regroupe 22 communes (6 600 hab.)… sans Brionne elle-même, où a cependant été ouverte la Maison du Canton.

Le canton a 11 200 hab. (10 500 en 1999), 23 communes, 16 051 ha dont 3 133 de bois. Il est traversé du sud au nord par la large vallée de la Risle. Dans une petite mais profonde vallée affluente, 5 km au nord de Brionne, Le Bec-Hellouin (420 Bexiens, 955 ha dont 432 de bois) est issu d’une célèbre abbaye, fondée en 1034 et qui a été rétablie comme monastère en 1948, après avoir servi de dépôt de cavalerie au 19e s.; «village de charme», Le Bec-Hellouin conserve de son abbaye des bâtiments des 14e et 15e s. et un cloître du 17e s. Sa voisine de l’est Malleville-sur-le-Bec (200 Mallevillais, 698 ha) a gagné 40 hab. de 1999 à 2008; son territoire atteint au nord-est l'A 28, qui y a un échangeur et une aire de repos.

Harcourt (950 Harcourtois, 1 520 ha), sur le plateau du Neubourg à 7 km SE de Brionne, a un château fort depuis le 12e s., sur les racines duquel a été édifié un grand château classique du 17e s., avec une grande enceinte à huit tours et des fossés. Il a été donné à l’Académie d’Agriculture, avec un arboretum de 95 ha conçu en 1802; de grands travaux de rénovation dans la seconde moitié du 20e siècle ont permis d’en faire un haut lieu de rencontres culturelles et sportives. La Haye-de-Calleville (290 Hayais-Callevillais, 295 ha), juste au nord d’Harcourt, a une entreprise de transports (Blondel-Voisin, 45 sal.) et s'est accrue de 70 hab., presque un tiers, entre 1999 et 2008.

À l’autre extrémité du canton, jardins du Clos Saint-François à Saint-Victor-d’Épine (330 Saint-Victoriens, 789 ha), 9 km ONO de Brionne; maisons à colombages, château et parc à Livet-sur-Authou (140 Livetais, 390 ha dont 145 de bois), 7 km NNO de Brionne. Saint-Pierre-de-Salerne (210 hab., 692 ha dont 192 de bois), 4 km ONO de Brionne, accueille une entreprise de maçonnerie (Ouest-Projection, 35 sal.). À Boisney (290 Boisneyens, 576 ha), 7 km au SO de Brionne, se voit une église romane classée du milieu du 12e s. Berthouville (290 Berthouvillais, 753 ha), 10 km OSO de Brionne, a un site notable de fouilles gallo-romaines, avec théâtre, temples et bains. Sauf Saint-Victor qui a gagné 50 hab. depuis 1999, le nombre d'habitants de ces communes est resté à peu près stable.